Comment marchent les legs en duo ?

« Au décès d’une personne, ce qu’elle possède va généralement aux héritiers directs. Et lorsqu’on souhaite léguer un patrimoine à des héritiers plus lointains, la taxation sur l’héritage peut atteindre jusqu’à 70 % de la somme totale. Grâce au leg en duo, l’association prend en charge tous les frais de succession, garde une partie de la succession et reverse l’autre partie à l’héritier choisi. »

À quoi sert l’argent perçu par les ONG ?

« Grâce aux legs, nous pouvons planifier nos revenus, faire des prévisions et préparer les budgets des années suivantes. Des associations contre le cancer peuvent obtenir des millions grâce aux legs. Elles se reposent d’ailleurs sur ces legs. Ils permettent de réaliser des projets qu’on ne pourrait pas faire. Ce ne sont pas toujours des projets internes. Par exemple, chez Amnesty, une partie des legs va à une organisation de défense des femmes au Kivu. Ils permettent aussi de financer le mouvement international, certaines sections ne parvenant pas se financer autrement. »

Qui sont les personnes qui donnent ?

« Ça varie beaucoup. Ça peut être des gens qui ont des ressources et qui mettent une ou plusieurs ONG sur leur testament. D’autres n’ont pas d’enfants et ne veulent pas que ces montants reviennent à l’État. Ce sont régulièrement des personnes qui nous contactent pour prendre des infos. »

Source :

Philippe Hensmans, directeur général chez Amnesty International Belgique francophone