Accueil Business Entreprendre Thomas Roelands : Transmission de sociétés familiales, des nouveautés

Thomas Roelands : Transmission de sociétés familiales, des nouveautés

À l’approche l’âge de la pension, un dirigeant d’entreprise se pose souvent une série de questions liées à la transmission de la société aux générations futures. Des réformes législatives, ces dernières années, ont modifié la donne. 

Parmi les questions qui taraudent un dirigeant aux portes de la pension, citons celles-ci : est-il préférable de donner l’entreprise aux seuls enfants actifs en son sein ? Comment procéder pour ne pas rompre l’égalité entre ceux-ci ? Comment les parents peuvent-ils garder contrôle et revenus jusqu’à leur décès ? Comment opérer pour réduire la fiscalité liée à cette transmission ? 

Gérer la partition entre héritiers

En matière de droit successoral, il devient possible d’avantager un héritier plutôt qu’un autre, à condition de respecter certaines règles. Au premier rang de celles-ci, celle de la réserve : la part minimale que peut exiger un enfant lors de la succession. Avec cette réforme, la part revenant à chaque enfant est réduite à la moitié du patrimoine du défunt. Dans le cas d’une fratrie de deux enfants, chacun aura une réserve d’1/4 de la succession ; avec trois enfants, leur réserve respective sera de 1/6e. Ce qui signifie, concrètement, que le parent dispose plus largement de ses avoirs, et peut décider librement de la destination donnée à la moitié de ses possessions, quel que soit le nombre de ses enfants. 

Une autre réforme importante touche au Code des société et permet désormais de déroger au principe « une action, une voix ». Un dirigeant d’entreprise peut alors, par exemple, transmettre 80 % des actions tout en conservant la majorité des droits de vote aux assemblées générales. Dans le même ordre d’idée, il est possible de réserver à certaines actions un droit aux bénéfices plus élevé qu’à d’autres. 

Transmettre à moindre frais

Pour ce qui est de la fiscalité, les règles actuelles prévoient que l’ensemble des actifs composant le patrimoine du défunt est imposé à son décès. Les donner permet de les soustraire aux droits de succession (jusqu’à 30 % vers les enfants). Un parent peut les transmettre à ses enfants par donation notariée au taux de 3 % (3,3 % pour un résident wallon), voire à 0 % s’il est éligible au régime de donation des entreprises familiales. Parmi les conditions à remplir : celle de la poursuite de l’activité de la société pendant un temps après la donation. Il peut aussi se rendre chez un notaire étranger pour donner ses parts sans payer de droits de donation, ni respecter les conditions liées au régime de donation des entreprises familiales.

Mais une proposition de loi du 17 juin 2020 vise à rendre obligatoire, à partir du 1er décembre 2020, l’enregistrement des donations mobilières (au taux de 3 % ou 3,3 %) réalisées devant un notaire étranger. Il n’y aurait plus d’intérêt alors, à partir de cette date, de se rendre au Pays-Bas pour passer ce type d’acte. 

Auteur : Thomas Roelands, Manager du centre d’analyse juridique et fiscale pour Pareto

EN PLUS

Dominique Demonté: Améliorer l’expérience des occupants

S’il est un slogan qui colle parfaitement aux enjeux du Facility Management, c’est bien celui d’Agoria, « improving quality of life ».

La recherche médicale : l’excellence avant toutes choses !

investissements La plus grosse partie du financement vient clairement du secteur privé : cela représente approximativement 60 % de l’ensemble des dépenses.

Les villes sont les acteurs du futur

La population mondiale est de plus en plus connectée et urbaine. Les Smart Cities permettent de transformer cette évolution en une opportunité pour le bien-être des citoyens. Céline Vanderborght, Smart City Manager de la Région de Bruxelles-Capitale, fait le point.

Datas or not datas? Savoir, c’est pouvoir

Stratégie décisionnelle De nouveaux comportements accompagnent le tournant numérique des entreprises, parmi lesquelles, le « data management ». Ces données, de plus en plus précieuses et sécurisées, forment le socle des nouvelles prises de décision, c’est la « Business intelligence ».

Survivre aux fêtes (sans tuer personne)

Survie C’est le départ des fêtes, l’heure des grandes retrouvailles en famille et, pour certains d’entre nous, le début du calvaire. On vous livre quelques conseils pour survivre aux fêtes!

Archief.

La ville de demain sera « smart »

Il y a vingt ans, de grands réalisateurs hollywoodiens imaginaient la ville du futur: une oasis technologique, peuplée de robots intelligents et de voitures volantes. Même si, aujourd’hui, ces visions ne s’avèrent plus si utopiques que cela, c’est surtout le concept de Smart City qui semble apparaître comme l’idéal à atteindre pour nos villes.