Accueil Business Comment deviendrez-vous chef d’entreprise ?

Comment deviendrez-vous chef d’entreprise ?

Reprendre ou créer une entreprise, vous y avez pensé ? Elle est coordinatrice du Hub Transmission de la Chambre de commerce de Bruxelles (BECI). Il y est en charge du développement du pôle « starters » (BECI). Entretien croisé en 3 questions, avec Salima Serouane et Davy Courteaux.

Quels avantages et quels inconvénients pour chacune des options ?

Salima Serouane : « L’avantage d’une reprise, c’est que le nom est connu, l’activité a une histoire, l’enseigne a une réputation et le staff est déjà opérationnel. Autant de démarches qu’un repreneur n’a plus entreprendre. Quant aux inconvénients… Le temps et l’argent : une transmission, ça se prépare. On ne se réveille pas un jour en se disant qu’on veut acheter et hop ! C’est un projet qui demande 2 à 5 ans pour aboutir et qui a un coût important. Le fait qu’une équipe soit déjà en place peut aussi devenir une difficulté : si elle n’a pas envie d’un nouveau patron, il naître une forme de résistance. Reprendre une entreprise est un défi de longue haleine. »

« L’avantage d’une reprise, c’est que l’enseigne a une réputation, l’activité, une histoire et que le staff est déjà opérationnel. »

Salima Serouane, Hub Transmission, BECI

Davy Courteaux : « Côté création, les avantages sont à l’opposé de ceux qu’énonce Salima. On peut partir d’une page blanche, créer son propre projet, à moindre coût et très rapidement. Celui qui a déjà notaire, comptable et banquier peut presque le faire en 24h. Quand on démarre avec zéro expérience, le fait de créer permet de se donner le temps d’expérimenter, d’apprendre et de lancer cette aventure. D’un autre côté, il faut avoir conscience du temps et de l’énergie que demandent la création d’une communauté, d’une image de marque, la recherche des bons partenaires et des bons collaborateurs. »

Quelle aventure correspond à quel profil ?

Salima Serouane : « Jusqu’à il y a 1 an ou 2, on était dans le schéma classique, hérité des baby-boomers, pour les reprises. Les cédants étaient des hommes de 55-65 ans arrivant en fin de carrière ; les repreneurs, plus jeunes, voulaient se donner l’occasion d’un one-shot avant la pension. Mais on prend conscience aujourd’hui d’une mouvance liée au développement personnel et aux questions existentielles : les 40-45 ans, qui arrivent à un moment de leur vie où ils n’en peuvent plus du salariat. Ils veulent changer de vie et se lancer dans l’entrepreneuriat via la reprise. »

« Côté création, on peut partir d’une page blanche, créer son propre projet, à moindre coût et très rapidement. »

Davy Courteaux, pôle “starters”, BECI

Davy Courteaux : « Quand on parle de starters, on a l’image de personnes très jeunes, ce n’est pourtant pas toujours le cas ! Parmi les profils récurrents en création d’entreprise, il y a les personnes d’une cinquantaine d’années, qui ont une carrière de salarié et décident de se lancer lorsqu’elles trouvent moins facilement de places sur le marché du travail. On voit également de plus en plus de femmes aussi, qui souhaitent donner un nouveau sens à leur vie, une fois les enfants partis. On reçoit beaucoup de personnes sans diplôme, qui voient la création d’entreprise comme une alternative pour s’en sortir. Le 4e profil sont les jeunes diplômés, avec une première expérience professionnelle ratée ou qui ne trouvent pas ce qu’ils cherchent dans leur secteur. »

Qu’est-ce qui doit présider au choix finalement ? 

Davy Courteaux : « Je différencie 3 types de motivation ! Le businessman, qui veut faire du cash ; l’entrepreneur habité par une vision qui veut apporter un “mieux” au monde ; et le troisième, guidé par une sorte de revanche sur ses parents ou son ancien patron qui, soit échoue, soit retourne au salariat après avoir prouvé qu’il en était capable. »

Salima Serouane : « Côté reprise, on est soit en présence d’un concurrent qui veut faire de la croissance externe, soit d’un entrepreneur qui acquiert parce que créer est presque impossible, comme dans le cas d’un secteur d’activité déjà bien occupé par exemple. Un dernier profil serait celui qui ne se voit plus dans le salariat et pour qui la reprise peut être un challenge. »

Et vous ? Qui serez-vous ?

EN PLUS

La collaboration économique internationale est indispensable

>small>Recherche et collaborationFaut-il être fier de la Belgique et de sa place à l’échelle économique mondiale? Oui bien sûr! Mais nous ne devons pas l’être trop non plus. Dans une économie globalisée, la collaboration internationale a plus d’importance que la compétition entre pays. 

Une brique dans le ventre… ou dans les yeux ?

Maison Je ne suis ni architecte ni ingénieur ni maçon et encore moins photographe, mais je peux affirmer avec 100 % de certitude que notre pays compte énormément de Ugly Belgian Houses.

De l’aide, à chaque étape

Monter son entreprise a quelque chose de très excitant, et d’effrayant aussi. Pour aider l’entrepreneur à faire face aux différentes étapes de création et de développement de son activité, un nombre croissant d’outils et de financements sont mis à sa disposition.

IA : une stratégie belge pour une transition annoncée

IA L’IA est aujourd’hui la technologie de pointe qui fait fantasmer bon nombre d’entre nous car elle ouvre un énorme champ de possibilités dans le monde moderne.

Combattre le stress par les racines

Rhodiola, Ashwagandha, Eleuthérocoque… Ce trio de choc de plantes médicinales ancestrales a des propriétés reconnues pour libérer l’homme et la femme du stress et de ses effets. On vous présente les super-héros.

L’efficacité énergétique des bâtiments

Bâtiment En Wallonie, la norme de performance énergétique « Q-ZEN » (Quasi Zéro Énergie) entrera en vigueur à partir du 1er janvier 2021. Mais l’enjeu principal de l’amélioration de la performance énergétique des bâtiments se situe au niveau de la rénovation des bâtiments existants.

Archief.

La ville de demain sera « smart »

Il y a vingt ans, de grands réalisateurs hollywoodiens imaginaient la ville du futur: une oasis technologique, peuplée de robots intelligents et de voitures volantes. Même si, aujourd’hui, ces visions ne s’avèrent plus si utopiques que cela, c’est surtout le concept de Smart City qui semble apparaître comme l’idéal à atteindre pour nos villes.