Retrouvez dès le 9 septembre prochain notre nouveau podcast Ô Summum ! Mais c’est quoi ?!

Ô Summum, c’est plus qu’un Petit Manuel du Bon Entrepreneur. C’est le podcast des entrepreneurs inspirants de Belgique ! Des personnalités bien connues du tissu entrepreneurial wallon s’y livrent : échecs et réussites, conseils pro, perso et techno, expertise et vision du futur ! Découvrez ces parcours étonnants, au fil des récits et des voix.

Au micro de notre journaliste, c’est Pierre Hamblenne qui attaque ce 1er épisode. Le fondateur de la marque de prêt-à-porter J&Joy vient raconter son aventure entrepreneuriale qui a commencé comme un projet de cours pour quelques bons points. 13 ans qu’elle continue, avec des hauts, des bas, des réorientations, de nouvelles collections, de nouveaux collaborateurs etc. Il y parle de lui, de son expérience, de ses erreurs et y donne quelques conseils. Mais il est aussi là pour vous livrer son expertise sur un sujet d’actualité : l’agilité des entreprises devant des conjonctures changeantes et parfois exceptionnelles voire… inattendues.

Pierre Hamblenne
Pierre Hamblenne, fondateur de J&Joy

 


Mais pour commencer, c’est quoi un podcast ?

Ça sert à quoi ? Qui l’écoute ?

C’est la fusion entre « broadcast » (la diffusion) et « iPod » (nom du baladeur à succès) qui a donné son nom au podcast. Ce format de création audio est désormais sur une pente ascendante permanente ! A la suite des amateurs et des réalisateurs de radio, il existe aujourd’hui des entrepreneurs qui ne manquent ni de passion… ni de voix.

« Si un jour ma mère me demande des conseils de podcasts à écouter, alors je saurai que nous aurons parcouru un sacré chemin ! », glousse Rik De Bruycker, qui dirige, avec Lisa Smolders, la maison de production de podcasts Van Leeuwen & De Bock. En peu de temps, le nombre de podcasts belges est monté en flèche relève le présentateur de Studio Brussel. « Quand j’ai commencé mon propre podcast il y a quatre ans, je pouvais encore nommer le nom des autres podcasteurs ; aujourd’hui, c’est mission impossible. »

Des noix de coco aux vanneaux, en passant par le marketing ?

Et en matière de podcast, on est loin d’avoir atteint les limites de la créativité tant le genre reste neuf ! Une certitude pour Smolders. « Vous voyez des podcasts apparaître de toutes les couleurs, sur tous les sujets, dans tous les formats ! Il peut s’agir d’un ornithologue qui veut raconter quelque chose sur l’espèce de vanneau [oiseau NDLR.] qu’il a repérée dans nos bois, comme il peut s’agir d’interrogations presque loufoques telles que “quelle crème solaire choisir” ou “comment bien découper les noix de coco”. Certains podcasts sont enregistrés en une prise alors que d’autres, comme le documentaire audio, demandent des mois de travail. Tout est possible, le spectre est énorme. »

« Vous pouvez avoir un concept à toute épreuve, si votre l’histoire que vous racontez ne suis pas, qu’elle ne vous ressemble pas, vous raterez votre public. »

Rik De Bruycker, Van Leeuwen & De Bock

Pour un média qui n’existe que depuis une vingtaine d’années, ce format audio connaît une progression remarquable. Comment expliquer son succès auprès d’un large public ? À une époque où notre smartphone ne nous quitte pas d’une semelle, les gens semblent prêt à chercher une forme de (re-)concentration, c’est l’explication avancée par Smolders et De Bruycker : « avec un podcast dans les oreilles, vous choisissez ce que vous écoutez et quand vous l’écoutez. Vous n’avez même pas besoin de vous asseoir pour cela. Pendant la lessive ou le ménage, pendant les courses ou dans les transports. Les récits judiciaires sont très populaires, mais il existe un millier d’autres sujets pour vous instruire selon les thèmes qui vous attirent, personnellement ou professionnellement. »

Rik De Bruycker et Lisa Smolders,, Van Leeuwen & De Bock

Pour M. De Bruycker, il n’est pas surprenant que les entreprises et les entrepreneurs explorent également les possibilités du podcasting aujourd’hui. « Un podcast est un moyen extrêmement direct de communiquer avec leurs clients. Aucun autre canal ne vous le permet de la même manière. Ou vous devez déjà leur rendre visite physiquement. Grâce au streaming en direct, vous pouvez avoir une conversation très personnelle avec votre public. Elle ne doit pas être aussi rapide que dans une vidéo, par exemple, où vous devez faire valoir votre point de vue en quatre minutes maximum. Le temps que vous pouvez prendre pour un podcast et la tranquillité que cela vous offre donnent également une certaine crédibilité à votre message. »

La crédibilité réside précisément dans la solidité des relations long-terme que vous établissez avec vos auditeurs explique L. Smolders. « Supposons que vous soyez un fabricant de meubles passionné par votre métier. Vous pouvez imaginer et animer un podcast pour partager vos connaissances sur la conception de meubles, des années 1950 à nos jours. De cette manière, vous vous positionnez peu à peu comme une référence et un expert dans votre domaine. Nous sommes convaincus que cette approche fonctionne bien mieux que des opérations plus ponctuelles et bruyantes de “vente à la criée” ! Renforcer votre image de marque, voilà ce dont il s’agit. Et vous n’avez vraiment pas besoin de parler de vos propres produits tout le temps pour cela. » C’est ce qu’on appelle aussi le content marketing.

AUTHENTIQUE ET COLORÉ

Le premier conseil des deux producteurs, pour être pertinent auprès d’un public, est d’être un expert du sujet dans lequel vous vous lancez ! Le second, c’est de manier le storytelling, ou l’art de raconter une histoire, avec brio ! « Vous devez mettre votre passion et votre voix, votre ton, au service de cette histoire », continue De Bruycker. « Vous pouvez avoir un concept à toute épreuve, si votre l’histoire que vous racontez ne suit pas, qu’elle ne vous ressemble pas, vous raterez votre public. Un podcast fort doit être authentique, personnel pour rencontrer sa cible. »

« L’avantage, c’est que vous pouvez porter ce vieux pull informe pendant l’enregistrement, personne ne le saura ! »

Lisa Smolders, Van Leeuwen & De Bock

« Une condition de base est de savoir exactement ce que vous faites techniquement, pour que votre enregistrement sonne bien », ajoute M. Smolders. « Les recherches montrent que la qualité de l’enregistrement est l’une des conditions les plus importantes pour que les gens continuent à vous écouter. En outre, en ce qui me concerne, il faut toujours un bon conteur. Quelqu’un dont le timbre, le ton, la voix sont colorés, quelqu’un avec beaucoup de passion et de préférence aussi un peu d’humour pour raconter une histoire. Vouloir frénétiquement jouer le présentateur tel qu’on le connaît depuis toujours celui qui dit “bonjour, bienvenue chers auditeurs”, ce n’est plus possible. Assurez-vous donc que votre contenu soit bien compris et qu’il donne à entendre la meilleure version de vous-même ! »

Par ailleurs, le podcast a peu de règles et moins encore de restrictions. Tant que la forme suit la fonction, tout est permis. « Il y a quelques techniques et astuces que vous pouvez apprendre pour avoir une interview intéressante ou pour apporter des variations à votre histoire. Insérer de la musique, une voix off ou une interview ici et là peut certainement fonctionner. Mais il faut toujours raisonner : cela contribue-t-il au message que je veux transmettre ? Alors c’est exactement ce que nous proposons et faisons avec Van Leeuwen & De Bock. »

PLUS HONNÊTE QUE LA TÉLÉVISION

De Bruycker note que la façon dont un podcast est réalisé diffère assez peu de la façon dont on réalise un programme ou une série télévisée. « En fin de compte, la télévision n’est qu’un podcast à regarder. Ce qui est important, c’est l’histoire. C’est le squelette. Mais c’est là aussi que le podcast se différencie de la télé : s’il est bien fait, il est dit les choses beaucoup plus honnêtement. »

« Sans les images, il faut pouvoir entendre la personne qui se cache derrière », conclut L. Smolders. « Mais surtout l’avantage, c’est que vous pouvez porter ce vieux pull informe pendant l’enregistrement, personne ne le saura ! »