L’été approche, et avec lui l’opportunité de redonner vie à tous ces objets qui trainent dans nos placards. Le « Do It Yourself » (DIY) à partir d’objets de récupération est une pratique qui a la cote. Et pour cause : économique, son potentiel de création est presque illimité.

C’est fou, toutes ces choses qu’on accumule au fil des ans, dans les tiroirs, les garages, les greniers, les abris de jardin et les dressings. Tous ces objets usés ou inutilisés, qui réapparaissent lors des nettoyages de printemps. Et si, plutôt que de les emmener au recyparc ou de les cacher encore un peu plus loin dans les profondeurs de nos habitations, on les relookait, on les valorisait ? Ustensiles de cuisines, anciens mobiliers, pneus usés, compo- santes d’électroménagers… autant d’éléments qui, pour l’œil entraîné, peuvent servir de bases ou d’éléments constitutifs à de nouveaux meubles, de nouvelles lampes et de nouveaux objets « déco ».

Un état d’esprit

« En fait, c’est une tournure d’esprit à adopter », explique Stéphanie Cornet, décoratrice d’intérieur et fondatrice de TRAIT DECO, une société bruxelloise spécialisée notamment dans la restauration et l’upcycling de mobilier. « On regarde un objet et on se dit : comment l’utiliser autrement que pour sa fonction initiale ? Une fois qu’on a le truc, il y a vraiment moyen de se marrer. » Et si notre esprit a besoin d’un coup de pouce pour changer de mode ? « Internet est une source très appréciée chez les autodidactes. On y trouve plein de blogs orientés DIY, des articles, des vidéos et des tutos. Sinon, il y a bien sûr le bon vieux magazine de déco ou de bricolage. »

Obtenir rapidement d’excellents résultats

Comme toute discipline qui se respecte, le DIY englobe un grand nombre de pratiques, qui peuvent nécessiter des compétences, une expérience et un outillage bien différents. L’upcycling, c’est-à-dire la valorisation d’un objet via un changement de fonction, n’est pas nécessairement le point de départ idéal, surtout si on n’est pas (encore) habile de ses dix doigts. « Je pense que pour débuter, il vaut mieux ne pas se lancer trop vite, ni voir trop grand », explique Sophie Vandenborre, animatrice à l’atelier Grenadine asbl, qui propose des tutos et des formations sur le thème de la récup’. Pour elle, l’embellissement d’objets existants peut être une bonne porte d’entrée, car on arrive vite à de chouettes résultats, en peu de temps et avec peu de matériel.

“Pour débuter, il vaut mieux ne pas se lancer trop vite, ni voir trop grand.”
Sophie Vandenborre, Grenadine

« Rassemblez les objets et le mobilier que vous aimez moins. Puis, regardez sur les sites ou dans les magazines de la grande distribution ce qui vous plait, et comment, en utilisant par exemple les bonnes couleurs, vous pourriez y arriver avec vos anciens objets. Ça vous donnera l’impression d’aller vers du neuf. » Très vite, un petit outillage de base sera cependant nécessaire, même pour le néophyte: « de bons pinceaux, un pistolet à colle, un perceuse-visseuse, une petite ponceuse ou encore quelques tournevis. » Certaines organisation mettent également à disposition des passionnés du plus gros outillage.

Apprendre et évoluer

Ecologique, économique, accessible à tous, le DIY peut aussi constituer une activité conviviale, qui en plus de valoriser les objets, valorise celui qui se découvre de nouvelles compétences. « Pour ceux qui veulent apprendre et évoluer, il existe de nombreux stages et formations, où l’on peut acquérir de nouvelles techniques et recevoir de conseils », explique Stéphanie Cornet. Encore une fois, internet recense beaucoup de ces organisations. « Mais un coup de fil dans une ressourcerie ou son administration communale, permet parfois d’avoir rapidement des pistes concrètes dans sa région », analyse Sophie Vandenborre.

Alors, prêt à franchir le pas ? Voici deux pneus usés qui pourraient, avec un peu de mousse et de jolis tissus, faire d’excellents sièges de jardin. Et, avec de la corde, pourquoi ne
pas transformer cette vieille chaise plastique en balançoire ? Une échelle de lit superposé peut très bien faire une étagère à fleur pour la terrasse, non? Et ne jetez pas trop vite vos vieux sommiers : ils pourraient faire des séparations de jardin bien pratiques. Une question de tournure d’esprit, on vous disait…