Accueil Santé Un parcours de santé

Un parcours de santé

Dans le cadre d’un séjour planifié ou d’un malheureux accident, l’hospitalisation peut ressembler à un parcours du combattant : démarches administratives, coordination avec les mutuelles et assurances, suppléments éventuels. On décrypte avec des experts.

Un patient, en passant les portes d’un hôpital, sait-il toujours ce qu’il paiera en sortant ? Sans doute pas. Pourtant ses choix peuvent conduire à des frais supplémentaires, à commencer par celui de sa chambre, comme l’explique Aurélien Coucq, responsable de la cellule de coordination des séjours du CHU Saint-Pierre. « Le choix d’une chambre individuelle implique des suppléments d’honoraire. Ce n’est pas le cas pour un patient qui se voit attribuer une chambre seul pour raisons médicales ou manque de place. »

« Les normes minimales de confort des chambres datent des années 60. »

Benoît Rousseau, juriste au département juridique de la Mutualité chrétienne

Outre les éventuels ronflements du voisin, ce choix peut avoir des conséquences. « Les horaires de visites sont plus souples pour un patient seul. On évite qu’une personne se voit imposer les visites de son voisin tous les jours jusqu’à 21h. Elle doit pouvoir se reposer et recevoir ses soins. » Cécile Rubay, directrice GAP (Gestion administrative du patient) du même hôpital poursuit : « il est possible, en chambre individuelle, d’installer un lit pour un accompagnant. Ce qui donne lieu à des frais supplémentaires, à l’exception des chambres de pédiatrie. »

Des variables d’un hôpital à l’autre

Si le CHU Saint-Pierre ne pratique plus de frais concernant des éléments de confort tels que la télévision ou l’accès internet, ce n’est pas le cas partout. Benoît Rousseau, juriste au département juridique de la Mutualité chrétienne pointe du doigt « les normes minimales de confort des chambres, qui datent des années 60 ». Pour cette raison, le coût varie d’un hôpital à l’autre. « On voit, en Flandre notamment, une tendance à facturer ce genre de services de façon forfaitaire ou semi-forfaitaire. Ce n’est pas toujours bien communiqué au patient. »

Estimer le coût de la santé

Évaluer l’ensemble des coûts d’un séjour est difficile et dépend de la durée du séjour, des éventuelles complications, des matériels et matériaux utilisés, du choix de la chambre, de la présence d’un accompagnant etc. Pour l’expert de la Mutualité Chrétienne, plusieurs étapes : « les patients doivent d’abord s’informer sur le pourcentage maximal de suppléments d’honoraires pratiqué par l’hôpital. Ils peuvent ensuite demander à leur praticien une idée du prix de l’opération. On leur conseille enfin de demander à l’hôpital une estimation du séjour complet, qui distingue la chambre individuelle et la chambre double. »

« On conseille au patient hospitalisé de demander à l’hôpital une estimation du séjour complet. »

Benoît Rousseau, juriste au département juridique de la Mutualité chrétienne

Parmi les bonnes pratiques à épingler, certains hôpitaux ont créé des cellules dédiées aux estimations. C’est le cas du CHU Saint-Pierre comme l’explique Cécile Rubay. « Cette cellule fait le lien entre les services de planification, de gestion des lits et l’admission. Nous faisons des estimations systématiques pour les patients qui n’ont pas de mutualité en Belgique. » Son collègue Aurélien Coucq continue : « notre souhait est de tendre vers une estimation automatisée pour tous. Mais s’il y a des coûts faciles à évaluer, d’autres le sont moins. Il ne faut pas confondre estimation et devis. »

Contrat, vous avez dit contrat ?

Une fois l’estimation en poche, l’étape suivante, pour B. Rousseau, est « de contacter sa mutuelle et son assurance pour savoir ce qui sera couvert ou non. » Une autre difficulté, selon Aurélien Coucq. « Les patients souscrivent parfois leur assurance sans savoir ce à quoi ils ont le droit ou non. Deux patients peuvent avoir le même contrat mais pas la même assurance, parce qu’il y a des clauses particulières. » C’est donc une autre mission de la Cellule de coordination CHU Saint-Pierre. « Nous les aidons dans ces démarches. Ceux qui le souhaitent peuvent nous fournir un mandat pour que l’on puisse interroger leur assurance, » conclue la directrice GAP. De bonnes pratiques, que les Mutualités aimeraient voir se généraliser, dans l’intérêt du patient.

EN PLUS

L’e-commerce belge en quête de son mode d’emploi(s)

Le boom de l’e-commerce fait bouger les lignes du monde belge du travail. Des jobs évoluent ou se créent, de nouvelles questions surgissent. Trois experts témoignent de l’évolution en cours.

Les stérols végétaux, seul moyen naturel contre le cholestérol !

Pour lutter efficacement contre le cholestérol, rien de tel qu’une bonne hygiène de vie et des stérols végétaux, seuls remèdes naturels capables d’éviter des effets secondaires principalement musculaires.

Biotechs: la Wallonie dans la cour des grands

BiotechnologiesLa Wallonie peut se targuer de figurer parmi les leaders mondiaux en biotechnologies. Le secteur connaît un essor considérable depuis une dizaine d’années, une tendance qui n’est pas près de décliner, à condition toutefois, pour la Région, de relever une série de défis. 

Baby, you can drive my car (mais partage-la !)

Interview Si cela ne tenait qu’à Uber, le règne de la voiture particulière serait déjà révolu. Nous avons demandé à Jamie Heywood – Directeur de la branche Royaume-Uni, Europe du Nord-Scandinavie, Benelux, Europe centrale et occidentale – de nous expliquer comment l’entreprise tente de gérer cette situation et pourquoi nous devons repenser et réinventer notre mobilité urbaine.

Technologie et santé: un mariage compliqué

Health Tech Les avancées technologiques offrent un bel avenir au secteur médical. Encore faudrait-il pouvoir les intégrer le plus adéquatement possible en tenant compte des contraintes de financement.

Archief.

La ville de demain sera « smart »

Il y a vingt ans, de grands réalisateurs hollywoodiens imaginaient la ville du futur: une oasis technologique, peuplée de robots intelligents et de voitures volantes. Même si, aujourd’hui, ces visions ne s’avèrent plus si utopiques que cela, c’est surtout le concept de Smart City qui semble apparaître comme l’idéal à atteindre pour nos villes.