Les produits de santé en vente libre méritent d’être plus valorisés. Pour que les consommateurs tirent le meilleur de leurs vertus préventives et curatives, une seule source d’info : les médecins et pharmaciens.

La crise sanitaire a rappelé la place essentielle de la santé au cœur de nos vies. Pour préserver ce bien précieux, les produits ne manquent pas et leur champ va bien au-delà des médicaments délivrés uniquement sur prescription. Il y a aussi les produits de santé en vente libre, des compléments alimentaires aux médicaments pour pathologies mineures en passant par les dispositifs médicaux et même le segment cosmétique. Cependant, le public connaît encore peu ou mal leurs nombreux bénéfices préventifs et curatifs. L’y amener est un enjeu de société. « Le consommateur doit mieux se prendre en charge. Pour cela, il faut faire entrer dans ses habitudes une utilisation optimale des produits de santé au sens large », plaide Marc Gryseels, Administrateur délégué de l’asbl BACHI. « Cela passe par une prise de conscience individuelle de sa valeur ajoutée pour sa santé. Plus tôt une personne se prend en charge, moins de risques elle encoure. Et moins elle engendrera de coûts pour la société. »

Responsable de soi, de sa santé

Ce déclic et son efficacité reposent sur plusieurs conditions. La première est l’amélioration de l’information du patient/consommateur. Non pas via le guichet virtuel d’internet qui délivre de manière exponentielle autant d’infos que de produits non certifiés. La panacée est ailleurs. « Demandez simplement conseils à nos professionnels de la santé, prioritairement les médecins et les pharmaciens », recommande Marc Gryseels. « Tous les produits de santé sont vendus en pharmacie, certifiés par des autorisations de mise sur le marché. Notre industrie pharma et notre système de santé sont des acteurs plus que dignes de confiance, et les plus crédibles sources d’infos pour les consommateurs. »

« Le consommateur doit mieux se prendre en charge. Pour cela, il faut faire entrer dans ses habitudes une utilisation optimale des produits de santé au sens large »

Marc Gryseels, Administrateur délégué de l’asbl BACHI

La deuxième condition est de sensibiliser l’utilisateur (dès le plus jeune âge) sur son intérêt à soutenir le marché des produits de santé en vente libre, vrais outils pour prévenir et diminuer des risques de pathologies futures (diabète, cholestérol, etc). « Il faut amener le public à ce réflexe «selfcare». Hélas, le fait que le Belge soit habitué aux produits remboursés, rend plus difficile de le stimuler à se prendre en charge. Pourtant, s’il ne change rien, son cas risque de devenir plus grave et plus coûteux pour notre système de santé. Le patient/consommateur doit investir dans sa santé », encourage le patron de BACHI.

Dernière condition à l’usage efficace des produits de santé: généraliser le dossier médical unique. Un seul dossier partagé et nourri par tous les acteurs de la santé concernés (pharmacien, médecin, dentiste…). À eux de l’actualiser pour renseigner TOUS les produits utilisés par le patient. « Avoir une vue sur la pharmacopée complète de chaque personne est indispensable à chaque acteur pour adapter son suivi et ses prescriptions », estime notre expert. « Le dossier unique réactualisé en permanence éviterait surdosage, contre-indications et interactions médicamenteuses à risque. Mieux vaut moins de consommation mais un meilleur usage, informé et réfléchi. A l’arrivée, cela cultive la confiance des consommateurs en des produits agréés, grâce à leur utilisation appropriée, validée par nos pros du secteur santé. »

Á propos de

BACHI (Belgian Association Consumer Healthcare Industry), est une association belge qui regroupe une quarantaine d’entreprises de l’industrie des médicaments en vente libre et des produits de santé vendus en pharmacie. Relais de 85% des acteurs du marché belge, l’association agit comme interface avec les autorités compétentes pour défendre les intérêts du secteur et informer les patients-consommateurs pour les sensibiliser aux bienfaits des produits utiles dans la prise en charge de leur santé.