Accueil IT Datas or not datas? Savoir, c’est pouvoir

Datas or not datas? Savoir, c’est pouvoir

De nouveaux comportements accompagnent le tournant numérique des entreprises, parmi lesquelles, le « data management ». Ces données, de plus en plus précieuses et sécurisées, forment le socle des nouvelles prises de décision, c’est la « Business intelligence ».

Encore faut-il que les entreprises soient équipées et leur personnel formé à ces nouveaux comportements. Une problématique particulièrement difficile à gérer pour les indépendants, seul face à un « data management » sans cesse plus énergivore et chronophage.

Allier sécurité et cybersécurité!

Il faut pourtant veiller de près sur ces sacro-saintes données, comme en témoigne Brice Goutier, consultant indépendant, expert dans la gestion des données. « Les données sont le nerf de la guerre et s’avèrent vitales pour toute société ou indépendant. » Il a été plusieurs années à la tête d’une société informatique qui vendaient, notamment, des solutions de sauvegarde Cloud. « Imaginez les conséquences si vous perdez toute votre comptabilité? Une fausse manipulation et on a vite fait d’effacer un fichier par mégarde. Sans parler des différents crypto-virus et autres ‘malwares’ qui trainent sur le net. La majorité des documents produits doivent donc être en sécurité. Et les bonnes pratiques de base sont les mêmes, peu importe, de fait, la taille de l’entreprise. »

“La Business Intelligence est bien au cœur de l’activité d’une société de nos jours.”
— David Vandenbrande Agence de communication Carré Associates

De bonnes pratiques…

Mais stocker pour stocker n’aurait aucun sens, encore faut-il savoir s’en servir. C’est là qu’intervient le concept de « business intelligence ». Également connue sous le nom d’« informatique décisionnelle », cette pratique regroupe l’ensemble des outils et méthodes visant à transformer des données éparses en informations pertinentes pour les chefs d’entreprise dans leurs prises de décisions stratégiques. L’analyse de données peut les aider à comprendre les grandes tendances commerciales ou l’évolution du contexte sectoriel par exemple.

…à adopter

David Vandenbrande a repris avec sa sœur Julie le flambeau de l’agence de communication « Carré Associates », fondée par leurs parents. « Nous avons suivi de très près ce qu’est ‘la mutation digitale’ et le traitement de données. La « Business Intelligence » est au cœur de l’activité d’une société de nos jours. » Face au défi des datas, il pointe un possible un choc des générations.

« Certains collaborateurs étaient déjà présents dans la société du temps de nos parents, ils ont dû se former à l’utilisation de certaines technologies. Nous les formons par exemple à utiliser les bonnes données au bon moment. » Le tri de données et leur nettoyage est aussi un axe de formation essentiel. « Il est complexe de gérer tous les logiciels de conversation utilisés par nos clients. Ce qui donne, au final, des données de types parfois très différents qui doivent cohabiter. Cette diversité des datas constitue aussi un fameux défi pour l’avenir de nos activités qui muent de plus en plus vers le digital. »

Gérer les données: un défi de taille

Le datas management représente enfin un troisième défi: l’afflux de données requiert de l’espace, ce qui a un coût. Logique, donc, que le data management aborde aussi l’aspect de conservation des données, comme celui de leur… disparition. D’après le consultant Brice Goutier, « du point de vue juridique, une entreprise est censée conserver ses données vitales pendant sept ans. Je conseillerais d’adopter une politique d’archivage pour ces données critiques, comme la comptabilité, les rapports, les contrats, ou encore les commandes. On appelle ces données des ‘cold data’. Car elles ne sont plus modifiées et ne doivent normalement plus être traitées ou consultées. Acquérir et conserver les données représente un défi. Mais s’en séparer aussi! »

EN PLUS

« La franchise offre la force de frappe du groupe »

Pour ses Market et Express, le groupe Carrefour favorise le franchising. Tout bénéfice pour les indépendants désireux de s’investir dans le commerce et de s’adosser à une marque de référence en grande distribution.

Le défi de la retraite pour indépendants

Pour s’assurer une retraite digne, l’indépendant dispose à présent d’outils efficaces. Il faut cependant poursuivre l’amélioration de la pension légale. La réforme en cours doit aboutir pour rendre le système existant pérenne, mais aussi équitable.

Mes chers parents, je pars!

indépendance Quitter ses parents: encore étudiant ou déjà lancé dans sa vie professionnelle, il arrive un moment où l’on a envie de goûter à l’indépendance.

Le chatbot: nouvel atout dans la relation client?

De plus en plus d’entreprises belges intègrent les chatbots sur leur site Internet. Disponibles 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, ces assistants numériques automatisés – appelés aussi « agents conversationnels » – répondent à toutes les sollicitations des visiteurs, instantanément.

IA : une stratégie belge pour une transition annoncée

IA L’IA est aujourd’hui la technologie de pointe qui fait fantasmer bon nombre d’entre nous car elle ouvre un énorme champ de possibilités dans le monde moderne.

La Wallonie, des ambitions en Recherche & Développement

Recherche en Wallonie On peut parler d’un succès de la Wallonie sur la carte européenne de la R&D. La Région regorge de petites et moyennes entreprises qui font sa force: 99,3 % des entreprises belges sont des PME.

Archief.

La ville de demain sera « smart »

Il y a vingt ans, de grands réalisateurs hollywoodiens imaginaient la ville du futur: une oasis technologique, peuplée de robots intelligents et de voitures volantes. Même si, aujourd’hui, ces visions ne s’avèrent plus si utopiques que cela, c’est surtout le concept de Smart City qui semble apparaître comme l’idéal à atteindre pour nos villes.