Accueil IT Le Cloud, sa révolution et ses contraintes

Le Cloud, sa révolution et ses contraintes

Que l’on parle d’applications grand-public comme Google Drive ou de services aux entreprises, le Cloud est aujourd’hui partout. Véritable révolution IT, l’utilisation des services Cloud renferme pourtant des pièges qu’il est primordial d’éviter.

«Le Cloud public fait référence aux applications et services utilisables depuis Internet plutôt que depuis son ordinateur local », explique Raphaël Leplae, informaticien en charge de services IT à l’ULB. Accessibles depuis votre navigateur web ou via des applications dédiées, ces services vous permettent d’envoyer vos données chez un fournisseur Cloud et de les éditer ensuite depuis toutes les machines qui y sont connectées.

Débité de votre carte de crédit, le temps d’utilisation des services Cloud est très difficilement évaluable.
— Raphaël Leplae, Responsable des services IT, ULB

« Gérés majoritairement par de grandes sociétés IT, des centres de données hébergent différentes formules de stockage ou de machines virtuelles, mais aussi des services plus complexes comme des solutions d’e-commerce, des solutions Big Data ou de l’IA », poursuit Raphaël Leplae. Fini les infrastructures IT locales, n’importe qui peut désormais se promener dans ce Cloud, acheter des services, les lancer et démarrer sa propre activité, qu’elle soit privée, commerciale ou académique.

Clou: le potentiel enfin déployé du big data

« Ces méthodes permettent d’exploiter des masses de données et d’obtenir rapidement des informations stratégiques, critiques ou innovantes qui peuvent donner un avantage commercial ou scientifique à qui les obtient », affirme Leplae. En 2006, lors de la création du premier Cloud computing par Amazon, personne n’aurait par exemple misé sur la société de location de DVD qu’était Netflix. Et pourtant, en se tournant l’année suivante vers ce concept d’hébergement pour sa plateforme de streaming, Netflix a fini par dominer le marché; les autres sociétés essayant encore à l’heure actuelle d’y faire leur place. Une révolution, on vous disait!

Le stockage de données a un coût

Mais qu’on se le dise, si le Cloud offre un potentiel inespéré pour beaucoup, il n’en est pas pour autant magique et renferme certains pièges qu’il est primordial d’éviter. Croire par exemple que transférer votre infrastructure IT sur le Cloud vous occasionnera moins de coût peut parfois se révéler faux. « Débité de votre carte de crédit, le temps d’utilisation des services Cloud est très difficilement évaluable », explique Leplae. « Sans compter la variation des prix des services et la bande passante conséquente nécessaire sur Internet, il n’est pas rare de vivre de mauvaises surprises en fin de mois. » Cela va de soi! Il est donc primordial de réaliser une étude financière approfondie bien en amont de l’hébergement de services sur un Cloud.

En termes de sécurité, vous restez également responsable de la configuration de vos services déployés dans le Cloud. Au-delà des solutions de monitoring et des mesures de protection des systèmes propres au Cloud, celui-ci n’en reste pas moins exposé aux attaques diverses. « À titre de preuve, DivvyCloud a récemment produit un rapport sur l’étude de 196 failles de sécurité connues entre 2018 et 2019 dues à de mauvaises configurations », relate Leplae. Au total, cela ne représente pas moins de 33 milliards d’entrées volées ou perdues, pour un montant total estimé à 5 mille milliards de dollars de perte.

Deux erreurs communes: manque de formation et Lock-in

La vigilance reste donc de mise, au même titre que l’expertise. Car travailler dans le Cloud demande des compétences différentes aux équipes IT habituées à la gestion de serveurs et des réseaux locaux. « La multitude d’options présentent dans les Clouds nécessite des formations et du temps qui font souvent défaut à une entreprise, sans compter que ce type d’expertise reste encore rare. »

Enfin, connaissez-vous le Lock-in? C’est pourtant une autre difficulté à laquelle vous allez peut-être devoir faire face en vous plongeant dans le Cloud. Il n’est pas dit en effet que la qualité ou le prix des services offerts par la plateforme avec laquelle vous vous êtes engagé vous conviennent ad vitam aeternam. Or le rapatriement de l’ensemble de vos données peut vous occasionner un coût non négligeable. C’est le phénomène du Lock-in. Raphaël Leplae de terminer avec un conseil: « Pour l’éviter, il est aujourd’hui recommandé de faire du multi-cloud afin d’être moins dépendant d’un seul fournisseur. »

EN PLUS

Le chatbot: nouvel atout dans la relation client?

De plus en plus d’entreprises belges intègrent les chatbots sur leur site Internet. Disponibles 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, ces assistants numériques automatisés – appelés aussi « agents conversationnels » – répondent à toutes les sollicitations des visiteurs, instantanément.

Augmentez votre réalité!

Augmented RealityLa réalité augmentée, ce mélange de réel et de numérique, s’exporte dans le tourisme traditionnel. Pour valoriser leur patrimoine et vous surprendre, musées, villes et institutions rivalisent d’originalité.

‘Ma fille, c’est ma priorité!’

Repartie vivre au Québec,...

L’agriculture, c’est tellement important pour notre avenir

Agriculture Dans le monde entier, l'agriculture voit sa population diminuer, peu de jeunes imaginant faire carrière dans le domaine.

Paiement électronique: quelle solution choisir?

Très apprécié de nos voisins, l’achat en ligne met plus de temps à s’implanter chez nous. En cause? La méfiance des Belges vis-à-vis du paiement électronique. Une disposition qui tend toutefois doucement à s’estomper.

À la conquête du 7e ciel

AéronautiqueL’aéronautique wallonne est un succès économique sans pareil dans le sud du pays. Bâti sur la clairvoyance et le dynamisme d’un écosystème très dense, il n’en est pas pour autant acquis... Car les défis à venir doivent être pris en main dès aujourd’hui.

Archief.

La ville de demain sera « smart »

Il y a vingt ans, de grands réalisateurs hollywoodiens imaginaient la ville du futur: une oasis technologique, peuplée de robots intelligents et de voitures volantes. Même si, aujourd’hui, ces visions ne s’avèrent plus si utopiques que cela, c’est surtout le concept de Smart City qui semble apparaître comme l’idéal à atteindre pour nos villes.