L’entreprenariat est un défi pour certains, un rêve pour d’autres. C’est dans tous les cas un pari pour l’avenir. Préparer son confort de vie et pouvoir profiter des belles années qui suivent le départ à la pension demandent de l’anticipation, car parler d’avenir, c’est aussi parler d’épargne.

Un travailleur indépendant retraité reçoit en moyenne une pension légale de 709 €. « Pour éviter de se retrouver dans une situation financière inconfortable au moment de partir à la pension, l’entrepreneur doit s’y préparer relativement tôt, conseille Fabian de Bilderling, Directeur Développement & Communication chez Integrale. Et pour cela, il est important de constituer une pension complémentaire ».

Avantages fiscaux

L’entrepreneur a pour cela plusieurs possibilités. Différentes solutions s’offrent à lui avec des avantages fiscaux spécifiques mais encore faut-il s’y retrouver. « C’est notre métier que d’écouter chaque personne et d’établir la meilleure stratégie d’épargne possible avec elle », explique Fabian de Bilderling, avant de décortiquer les trois manières de compléter sa pension légale.

PLCI

« La première est la Pension Libre Complémentaire pour Indépendant (PLCI). Elle permet à l’entrepreneur d’épargner chaque année 8,17 % de son revenu de référence [revenu professionnel net imposable indexé d’il y a trois ans. N.D.L.R.], pour un maximum de 3 291,30 € par an ou 3.786,81 € par an s’il prévoit certaines prestations de solidarité (plafonds de 2020). Ce montant, déductible comme frais professionnel, permet d’alléger impôts et les cotisations sociales. »

EIP

« La deuxième, poursuit-il, complémentaire au volet précédent, c’est l’Engagement Individuel de Pension (EIP), souscrit en son nom propre via la société de l’entrepreneur (dirigeant indépendant). Les primes versées par l’entreprise sont déductibles en tant que charges professionnelles au niveau de l’impôt des sociétés, tant qu’elles respectent une limite fiscale. En effet, PLCI et EIP font parties du 2e pilier des pensions (Pension Complémentaire) et doivent satisfaire à la règle fiscale des 80 %. Nos spécialistes la calculent pour vous, elle varie en fonction de la rémunération, de la carrière, et d’autres éléments à étudier. »

L’épargne-pension

Et la troisième solution? « Au-delà des limites fiscales du second pilier, l’entrepreneur peut ensuite miser sur l’épargne-pension. C’est le 3e pilier de la pension, accessible à tous et bien connu avec les fameux 980 €/an fiscalement déductibles ».

Fabian de Bilderling, Directeur Développement & Communication chez Integrale

Plus intéressant

Une erreur commune pour le spécialiste des solutions de pension complémentaire d’Integrale est de souscrire à l’épargne-pension en négligeant la pension complémentaire du second pilier. « Mieux vaut d’abord épargner au maximum via la PLCI et l’EIP, plus intéressants fiscalement avant de compléter par le 3e pilier. »

Sur le long terme

D’autant qu’avec son EIP, l’entrepreneur malin peut également prévoir la couverture de ses proches (couverture Décès) et de ses revenus, en cas d’incapacité de travail: deux bouées de sécurité dans l’aventure entrepreneuriale. Selon son profil de risque, il peut aussi choisir d’investir ses primes dans des produits à taux garantis ou dans des produits au potentiel de rendement plus élevés sur le long terme, mais plus risqués.

Back service

Et ce ne sont pas les seuls avantages de cet outil. Il est en effet rare de commencer sa vie professionnelle par la création d’entreprise. C’est en général un projet qui se construit petit à petit, jusqu’au moment où, grandi par l’expérience, le nouvel entrepreneur fait le grand saut. « En fonction de ses revenus, le ‘‘back service’’ permet au nouveau venu dans ce monde spécifique de verser des contributions supplémentaires pour rattraper les années durant lesquelles il n’était pas dirigeant indépendant », termine Fabian de Biderling. « Connaître les ressorts du système des pensions est fondamental pour son avenir et pour bénéficier d’avantages fiscaux intéressants. Son métier est d’être entrepreneur, le nôtre, c’est de l’aider à améliorer ses revenus futurs et à préparer au mieux sa retraite. »


 

Avec près de 6.000 entreprises clientes et plus de 160.000 affiliés répartis dans les trois régions du pays, Integrale est spécialisée dans les pensions complémentaires. Fondée il y a plus de 90 ans, son métier principal consiste à offrir et à gérer des assurances de groupe aux entreprises en proposant des solutions sur mesure. Integrale offre également aux particuliers des produits d’assurance-vie classique avec garantie de rendement (branche 21) et liés à des fonds d’investissement (branche 23). www.integrale.be