La franchise est un modèle commercial original qui performe grâce à des indépendants très investis. Chaque entrepreneur jouit d’une liberté d’action sur son entreprise ainsi que de la force de frappe d’un groupe. Attention cependant, toutes les franchises ne reposent pas sur le même modèle.

La franchise est un système fort répandu dans la grande distribution, avec des subtilités différentes selon les enseignes. Intermarché, par exemple, fonde entièrement son système en Belgique francophone sur 78 magasins, tous pilotés par des indépendants franchisés.

Philosophie coopérative

Chaque franchisé, appelé adhérent, investit jusqu’à 2 jours de son temps par semaine dans la gestion et la codirection de la structure commune via le « tiers-temps ». « Nous sommes à la fois franchiseurs et franchisés », indique David Barthelemy, propriétaire des Intermarché de Nandrin et Assesse, en charge du recrutement et de la formation des indépendants au niveau de toute la Wallonie. « Cette philosophie coopérative laisse beaucoup de souplesse et de liberté d’action au sein de chaque magasin, se réjouit-il.

En immersion

Dans tous les systèmes de franchise, le parcours de sélection des candidats est relativement pointu. Du premier contact à l’agrément, le candidat sera vu par plusieurs franchisés déjà en activité. Et si les candidats ne viennent pas du secteur de la grande distribution, ils vont en immersion en magasin. « Diriger un supermarché est un métier très polyvalent qui demande d’être à la fois un peu boucher, un peu boulanger, un peu maraicher. C’est ce que découvrent les candidats franchisés Intermarché une première fois grâce à trois jours découverte en magasin », indique notre expert.

“L’adhérent est soutenu dans son projet par tous les services.”

Les valeurs d’entreprise

Mais les connaissances générales sur l’activité ne suffisent pas. Il faut aussi adhérer à aux valeurs de l’entreprise. « Il est essentiel que le candidat accepte la philosophie de l’enseigne, montre de la loyauté, un esprit altruiste collaboratif, un caractère d’entrepreneur… », note David Barthelemy. Au terme du processus de recrutement, tous les candidats retenus passent un test final d’agrément.

L’immersion sur le terrain

Après celui-ci, s’ouvre une période de formation de cinq mois et demi. « C’est long mais nécessaire, estime ce franchisé depuis 20 ans. Il faut assimiler toutes les bases de gestion, management, connaissance des produits, les points de contrôle des différents rayons. Chaque candidat ira au moins dans six magasins Intermarché différents car la meilleure formation selon nous, c’est l’immersion sur le terrain. »

Autres avantages

Arrive alors un moment crucial : s’engager sur un projet de reprise d’un magasin existant ou la création d’un nouveau point de vente. La franchise montre à nouveau ses avantages. Primo, car le groupe partenaire dispose déjà de toutes les infos sur les possibilités. Secundo, parce que selon les enseignes, l’obtention d’une franchise n’est pas forcément liée à un droit d’entrée. « Chez Intermarché, il est seulement demandé au candidat indépendant d’avoir un capital garanti de départ de minimum 100.000 euros, indique David Barthélémy. Une façon de montrer qu’il croit au projet. »

Personnaliser son offre

Après la formation et l’obtention d’un point de vente, le système de franchise montre une troisième fois toute sa pertinence: sur le terrain de l’offre de produits grâce à la centrale d’achat d’un groupe reconnu. L’accès à cette source d’approvisionnement garantit au franchisé des conditions très intéressantes sur une large gamme de produits. Bien conscients que chaque magasin doit pouvoir affirmer sa personnalité, varier son offre et se distinguer de ses concurrents, les groupes laissent souvent à leurs franchisés une marge de liberté d’acheter en dehors de la centrale. « Cette latitude (jusqu’à 20% chez Intermarché), laisse l’indépendant libre de personnaliser son offre grâce à des produits locaux, précise le franchisé de Nandrin et Assesse. C’est essentiel pour l’intégration régionale et enrichir l’offre de produits frais. »


 

Le Groupement compte plus de 3.100 chefs d’entreprise indépendants en France, Belgique, Pologne et Portugal. Les Mousquetaires représentent 4.000 points de vente en alimentaire (Intermarché, Netto), bricolage (Bricomarché, Bricocash, Bricorama) et mobilité (Roady, American Carwash, Rapid Pare Brise…). En Belgique, les Mousquetaires sont actifs en 78 points de vente Intermarché Contact (surface de 400 à 899 m²) et Super (900 à 2.700 m²). Intermarché fixe rendez-vous mercredi 29 avril à 9h00 à Louvain-la-Neuve, à tous candidats franchisés autour d’un petit déjeuner sur la création d’entreprise. Selon l’évolution de l’épidémie de Coronavirus, le petit-déjeuner pourrait se muer en visio-conférence. Infos et inscriptions sur www.devenir-mousquetaires.be/inscriptions-petits-dejeuners.