Accueil Business Entreprendre « La franchise offre la force de frappe du groupe »

« La franchise offre la force de frappe du groupe »

Pour ses Market et Express, le groupe Carrefour favorise le franchising. Tout bénéfice pour les indépendants désireux de s’investir dans le commerce et de s’adosser à une marque de référence en grande distribution.

Cela fait cinq ans que Loïc Sprumont a repris le Carrefour Market de Bertrix. L’indépendant voit dans la formule de franchise une solution d’avenir pour le secteur. Témoignage d’un franchisé heureux.   

Quelles sont les spécificités du franchising façon Carrefour?
« C’est un vrai partenariat entre un fournisseur, le groupe Carrefour, et un franchisé sélectionné pour, ensemble, développer un concept commercial. D’un côté, l’indépendant est maître à bord de la gestion de son magasin, de ses installations, de ses équipes. De l’autre, Carrefour (associé à Greenyard pour les fruits et légumes) fournit la majorité des marchandises et le support commercial de chaque concept. C’est un partenariat cadré mais avec une bonne dose de liberté. On peut initier des micro-concepts, des offres, des spécificités locales liées à notre région et notre marché. Cette offre de fournisseurs locaux nous différencie des concurrents notamment en produits frais du terroir. »

Quels sont les avantages pratiques d’être franchisé ?
« L’avantage central est d’avoir le support d’un groupe ayant une réelle force de frappe commerciale. Vous profitez automatiquement de l’évolution des gammes de produits, de sa gestion des fournisseurs, de la logistique, des livraisons, des supports commerciaux, des pubs dans les médias…  Avoir derrière soi une centrale d’achat qui achète pour 500 magasins, cela booste vraiment. »

Côté financier, il y aussi des plus ?
« Une marque comme Carrefour, à l’expertise reconnue, met en confiance les banques. Mais derrière c’est quand même vous, indépendant, qui financez tout : votre business plan, la reprise ou l’achat d’un magasin. Cela reste un engagement personnel, financier et physique dans la création et la conduite d’un commerce. Carrefour intervient parfois par la prise en charge partielle de travaux pour maintenir votre magasin à jour. Chaque point de vente répond à un concept. Avec des préférences pour les couleurs, les rayonnages, une présentation précise de la zone de frais… Carrefour préconise et c’est à vous, franchisé, de mettre en forme et en valeur le concept fourni. »

Y a-t-il une formation avant de se lancer comme franchisé ?
« Tout dépend du profil du candidat. Le parcours commence par des séances d’info puis une première entrevue pour déterminer vos capacités, motivations, valeurs. Pour un futur franchisé, avoir un bagage dans le domaine alimentaire est vraiment un plus. Carrefour vous offre des formations au début et après, en fonction des besoins. On avance étape par étape, en particulier celle de trouver un point de vente qui se libère ou se crée. Moi, j’ai repris le magasin que géraient avant moi mes beaux-parents. »

Être franchisé pour Carrefour requiert quelles qualités et compétences ?
« Être bon commerçant, gestionnaire et manager, à niveau égal. La réunion de ces trois compétences fait que le succès est là. Il faut être simultanément derrière son offre commerciale de produits, ses critères de rentabilité et son personnel (19 personnes dans mon cas). Côté caractère, il faut être tenace et très présent. Auprès de son équipe et de sa clientèle. C’est un état d’esprit. »

En quoi la formule de franchising est-elle positive pour l’entrepreneuriat belge ?
« Elle permet vraiment à un plus grand nombre de personnes d’accéder à un commerce. Déjà il y a 20 ans, le commerce était un secteur difficile, il l’est encore plus aujourd’hui. Grâce à Carrefour, ceux qui ont cette fibre commerciale peuvent accéder à un point de vente quasi clé sur porte. Le franchisé peut le personnaliser, y engager les personnes de son choix, déterminer ses axes de développement. Le tout sur base d’un concept qui a fait ses preuves et grâce au soutien efficace du groupe. »


 

Favoriser la transition alimentaire est le projet ambitieux que porte Carrefour, en proposant des produits de qualité accessibles à tous les budgets, y compris une offre sans cesse étendue de produits locaux et bio. Carrefour, c’est un réseau de 800 points de vente répartis dans toute la Belgique (40 Hypermarchés, 440 supermarchés et quelques 300 express), dont 700 magasins indépendants. Fort de cette expérience et de nos succès, nous vous accompagnons au quotidien dans votre désir d’entreprendre et mettons à votre service notre soutien et notre notoriété.

EN PLUS

William Visterin : L’année de la sécurité informatique

Chronique La sécurité de nos outils numériques est plus que jamais d’actualité, suite aux récentes vagues de cyberattaques. Au point de faire émerger de nouveaux métiers, comme celui de cyber-négociateur.

Le défi de la retraite pour indépendants

Pour s’assurer une retraite digne, l’indépendant dispose à présent d’outils efficaces. Il faut cependant poursuivre l’amélioration de la pension légale. La réforme en cours doit aboutir pour rendre le système existant pérenne, mais aussi équitable.

Patrice Cani: La recherche joue un rôle clé pour la santé

Santé Chercheur au Louvain Drug Research Institute (UCLouvain), Patrice Cani publiait en juillet dernier, avec son équipe, une étude démontrant les bienfaits de la prometteuse bactérie « Akkermansia muciniphila » sur l’homme. L’aboutissement retentissant de 12 ans de recherches.

Adrien Devyver : « Je préfère aujourd’hui des lieux calmes, en pleine nature »

Adrien Devyver Animateur apprécié des auditeurs de Vivacité ou des téléspectateurs dans le Grand Cactus, Adrien Devyver est aussi le papa de Gaspard et le mari de Julie Denayer. Une petite famille avec qui il partage des moments en toute intimité, loin des caméras.

« Un robot comme Zora enlève beaucoup de pression à tous les niveaux »

Zora et ses amis ont gagné leur place dans homes et hôpitaux. Les robots soulagent les tâches du personnel soignant et distraient les patients. Fabrice Goffin et Tommy Deblieck de Zorabots, sont très fiers de leurs auxiliaires en soins de santé du futur.

De l’importance (croissante) du mobilier médical

Mobilier médical En Belgique comme ailleurs, le secteur de la santé voit en permanence son matériel médical se développer. Pour les fournisseurs, il s’agit donc de rester attentif à ces changements.

Archief.

La ville de demain sera « smart »

Il y a vingt ans, de grands réalisateurs hollywoodiens imaginaient la ville du futur: une oasis technologique, peuplée de robots intelligents et de voitures volantes. Même si, aujourd’hui, ces visions ne s’avèrent plus si utopiques que cela, c’est surtout le concept de Smart City qui semble apparaître comme l’idéal à atteindre pour nos villes.