Je ne suis ni architecte ni ingénieur ni maçon et encore moins photographe, mais je peux affirmer avec 100 % de certitude que notre pays compte énormément de Ugly Belgian Houses.

Je photographie et commente les maisons que je rencontre durant mes pérégrinations, ce qui me donne une assez bonne idée de l’état (des bâtiments) de notre pays, bien que je ne sois pas architecte ou urbaniste.

Mal aux yeux

Commençons par le commencement: le point de départ de mon projet Ugly Belgian Houses découlait d’une véritable colère. Tous les jours, je quittais mon petit village de Veldegem à vélo pour me rendre à l’école à Bruges, trajet sur lequel j’empruntais une chaussée typiquement belge. Des maisons, des maisons et encore des maisons – ayant toutes un style différent les unes des autres. De quoi en avoir mal aux yeux.

Côté surréaliste

À force de m’intéresser à ce phénomène par le biais de mon blog Ugly Belgian Houses, cette colère à commencer à se transformer en empathie. À présent, je me rends compte de la chance que nous avons de pouvoir exprimer notre côté surréaliste en Belgique, dans le sens où nous avons la liberté de construire ce que nous voulons. Le principal problème (à mon humble avis) est surtout l’absence d’espace et d’une planification digne de ce nom. Nous avons tout simplement l’autorisation de continuer à bâtir. Malheureusement, cette liberté sans retenue rend parfois notre petit pays éclaté vraiment laid.

“Une maison laide vaut mieux qu’une maison ennuyeuse!”

Épargnez les espaces ouverts

J’ai longtemps nourri l’idée que ce concept faisait également son chemin dans les sphères politiques. L’annonce du « stop au béton » semblait marquer la fin de la fureur de bâtir. Toutefois, il s’avère que c’était un espoir vain, car la perspective du « stop au béton » en 2040 a insufflé une nouvelle énergie dans le secteur et je crains que 2030 soit déjà trop tard. D’ici là, nous serons tous emmurés dans ces briques belges. Une petite suggestion amicale en passant: mieux vaut une maison laide sur un terrain déjà bâti qu’une belle maison sur un espace agricole (vierge de toute construction). Épargnez les espaces ouverts, il en reste si peu.

Plutôt laid qu’ennuyeux

Quels éléments rendent une maison laide? C’est une question que l’on me pose souvent. La réponse n’est pas simple, car la beauté reste quoi qu’il en soit une affaire de subjectivité. Pour Ugly Belgian Houses, j’applique les critères suivants: bizarrerie, proportions souvent inégales, utilisation de matériaux étranges, construction d’un style totalement différent. Cerise sur le gâteau: l’absence de fenêtres – ou plutôt au moins une fenêtre murée. Soit, s’il y a bien une chose que j’ai apprise de mon expérience de collectionneur d’affreuses maisons, c’est qu’une maison laide vaut mieux qu’une maison ennuyeuse!