Accueil Uncategorized La domotique au service de votre portefeuille

La domotique au service de votre portefeuille

Texte: Louis Matagne

Souvent associée au confort et à la sécurité, la domotique, c’est-à-dire la gestion automatisée et centralisée du matériel électrique d’une habitation, est aussi un précieux allié pour faire des économies d’énergie. Et si on regarde plus loin, pour diminuer l’impact carbone des ménages.

« La domotique, c’est l’automatisation d’un bâtiment, et l’enclenchement de systèmes électriques en fonction de la présence ou non des habitants », explique d’entrée Etienne Gravy, ingénieur de formation et fondateur de la section domotique à l’HELHa (Haute École Louvain en Hainaut). Quand on pense à cette technologie, c’est donc souvent la notion de confort de vie qui vient d’abord à l’esprit. Mais derrière les lampes qui s’éteignent sans interrupteurs et les volets qui s’ouvrent seuls, se cache un enjeu énergétique et financier qui échappe de moins en moins aux Belges. « Aujourd’hui, je pense que 75 % de ma clientèle vient vers la domotique pour optimiser sa gestion énergétique et faire baisser les factures », analyse Quentin Pierre, associé et intégrateur de système chez Casa Domotic.

Très précis

Tout de suite, on pense au système de détection de mouvement et d’extinction automatique des lampes. « Mais pour moi, c’est surtout au niveau thermique que la domotique joue un rôle énergétique essentiel. », avance Q. Pierre. « Je parle principalement d’un système de chauffage pièce par pièce, surtout intéressant en rénovation. » Concrètement, le domoticien installe une sonde de température dans chaque pièce de l’habitation et une électrovanne unique, pilotable depuis un endroit du bâtiment. « On peut ainsi faire un calendrier de chauffage très précis pour chaque pièce, qui est commandable à distance, par exemple sur téléphone. »

Faire des économies

Chaque espace reçoit donc une instruction indépendante, planifiée ou en temps réel, qui colle aux réalités de son usage et aux éventuels imprévus. À partir de ce principe, la domotique se déploie également en petites applications bien utiles pour faire des économies. On pense par exemple à ce système de contacteur sur les portes et fenêtres, qui coupe le chauffage si une fenêtre reste ouverte trop longtemps. Ainsi, fini de faire tourner le compteur pour une chambre d’ado désertée, par exemple.

« Les particuliers n’ont peut-être pas la clé pour améliorer la situation climatique, mais la domotique permet certainement l’accumulation de petits gestes et économies qui, ensemble, comptent. »

Les informations

Une autre utilité de la domotique, c’est la visualisation précise des consommations. « On peut reprendre sur une interface unique les informations des différents compteurs, et, à partir de là, mettre soi-même en place des actions de régulation très ciblées », explique Q. Pierre. Idéal aussi quand on aborde la question des énergies renouvelables. « En croisant les informations, un système domotique permet de déterminer les moments adéquats pour réinjecter de l’électricité dans le réseau, ou au contraire pour la stocker », ajoute à ce sujet E. Gravy.

A quel prix?

Alors, oserait-on faire de la domotique un acteur incontournable du défi climatique? « Si on va à l’extrême, bien sûr », déclare l’ingénieur. « Les particuliers n’ont peut-être pas la clé pour améliorer la situation climatique, mais la domotique permet certainement l’accumulation de petits gestes et économies qui, ensemble, comptent. » Mais à quel prix? « Pour un système de chauffage pièce par pièce, si on part sur 12 pièces, on peut compter 2000 euros », avance Q. Pierre. Pour une maison rénovée, l’investissement serait amorti grâce aux économies d’énergie en 5 ans maximum. « Il faut comprendre que cet aspect énergétique, c’est le seul dans la domotique qui s’auto-paie vraiment. »

Un protocole mondial

Reste que vu l’aspect interconnecté et pointu de la technologie, mieux vaut passer par des professionnels, ne serait-ce que pour se faire conseiller. « Si vous savez dès le départ que vous voulez intégrer un système domotique dans votre maison, choisissez bien votre architecte, car tous n’en font pas une priorité » prévient E. Gravy. « Et si comme moi vous pensez qu’il vaut mieux passer par le système KNX, qui est un protocole mondial permettant de faire communiquer des produits de différents fabricants, laissez la conception et le paramétrage à un domoticien professionnel. »

Toutefois, la plupart des intégrateurs offrent des prestations flexibles, qui vont de la conception et l’intégration complète d’un système, à une « simple » critique de matériel préalablement choisi par le client. À chacun donc de mettre le curseur où il le souhaite.

EN PLUS

Agriculteur bio: le goût du métier

bio En plus des bienfaits évidents pour la santé du consommateur, d’autres conséquences non moins importantes découlent des pratiques de l’AB.

IA : une stratégie belge pour une transition annoncée

IA L’IA est aujourd’hui la technologie de pointe qui fait fantasmer bon nombre d’entre nous car elle ouvre un énorme champ de possibilités dans le monde moderne.

Innovation pharmaceutique : en route vers un nouveau modèle

Pharma L’industrie pharmaceutique est étroitement liée à l’innovation et lui accorde une place prépondérante. Les récents progrès de la biologie n’ont fait qu’accentuer le phénomène et ont débouché sur une vague d’innovations sans précédent.

Service public à la demande

Alors que l’ensemble des services se digitalise, les usagers se retrouvent perdus dans les méandres d’un système à cheval entre papier et tout digital. Pour bien prendre le tournant numérique, la tendance est à la simplification et à l’adaptation, pour un meilleur confort de l’usager.

À la conquête du 7e ciel

AéronautiqueL’aéronautique wallonne est un succès économique sans pareil dans le sud du pays. Bâti sur la clairvoyance et le dynamisme d’un écosystème très dense, il n’en est pas pour autant acquis... Car les défis à venir doivent être pris en main dès aujourd’hui.

Cybersécurité: la défense s’organise

Cybersécurité Les challenges numériques auxquels les sociétés font face sont nombreux: les nouvelles technologies, le data-management et les règlements européens, la cybersécurité, etc. Autant de défis à relever pour rester concurrentiel sur un marché où de nouveaux arrivants tentent de faire leur place.

Archief.

La ville de demain sera « smart »

Il y a vingt ans, de grands réalisateurs hollywoodiens imaginaient la ville du futur: une oasis technologique, peuplée de robots intelligents et de voitures volantes. Même si, aujourd’hui, ces visions ne s’avèrent plus si utopiques que cela, c’est surtout le concept de Smart City qui semble apparaître comme l’idéal à atteindre pour nos villes.