Il n’est plus à démontrer que l’innovation est considérée aujourd’hui par nos entreprises wallonnes comme un facteur clé de succès pour accélérer leur croissance. Après avoir travaillé à la maîtrise de ses processus de production, puis de ses processus qualité, l’entreprise s’est aujourd’hui engagée vers la maîtrise de son processus d’innovation, l’amenant par ce biais à se différencier de ses concurrents. 

Mais l’innovation n’est pas que technologique, elle concerne aussi bien le design de ses produits que son organisation interne, la vente, le marketing, la communication, etc.

La Wallonie dans les starting block

Face à ses nombreux défis et profondes mutations, la Wallonie a répondu présente par la mise en place et le développement de tout un écosystème dédié à la recherche de pointe, aux financements spécifiques et à l’accompagnement spécialisé capables de répondre efficacement aux besoins des entreprises quels que soient le secteur, le niveau et la taille de l’entreprise, depuis l’idée jusqu’à l’internationalisation de ses produits et services. 

Seul on va peut-être plus vite mais ensemble on va certainement plus loin.

La Belgique et la Wallonie n’ont pas à rougir face aux autres régions et pays d’Europe en termes de dispositifs d’aides et d’accompagnement, et Innovatech fait partie intégrante de ce dispositif. Nous veillons à activer au bon moment, tout au long du processus d’innovation, un réseau d’experts technologiques issus des centres de R&D, des universités, mais aussi d’experts juridiques, financiers, économiques qui renforceront les chances de succès du projet.

Collaborer pour réussir

La PME wallonne ne peut et ne doit innover isolément car elle ne dispose pas à elle seule de toutes les ressources spécialisées. Elle doit en plus répondre à de nombreux défis sociétaux tels que l’environnement, la mobilité, la mondialisation. 

Seul on va peut-être plus vite mais ensemble on va certainement plus loin. La politique des pôles de compétitivité et des clusters tente de répondre à ce défi de l’innovation partenariale et cela concerne aussi bien les secteurs industriels traditionnels wallons que les nouveaux secteurs de pointe comme les biotechnologies. 

Tout n’est bien sûr pas parfait et il reste beaucoup à accomplir mais il ne sert à rien de mettre à disposition des technologies, des outils et des services à haute valeur ajoutée dédiés au tissu industriel si ceux-ci ne sont pas rendus captifs pour l’entreprise, et nous devons tous travailler en ce sens. 

Prendre le risque

L’innovation est l’affaire de tous: des scientifiques, des équipes de développement, des designers, des techniciens, de l’ensemble du personnel. Elle est même de plus en plus l’affaire des clients. Aujourd’hui, utilisateurs potentiels d’abord, puis clients à divers niveaux de maturité aident par itérations successives les promoteurs de ces innovations à mieux piloter leurs déploiements. 

Le réseau d’opérateurs wallons de l’innovation doit aider le porteur d’idée à faire mûrir celle-ci en interne dans l’entreprise ou via la création d’une nouvelle entité, mais quelle que soit l’orientation, les risques pris devront à terme être gagnants pour la PME, pour les employés et pour la société en général.