Laurent Allardin, CEO de Neckermann, répond à nos questions.

Aujourd’hui, le vacancier trouve-t-il encore des avantages à passer par un tour opérateur?

« Tout à fait! En passant par de telles entreprises, les vacanciers ont affaire à de vrais experts du voyage. Aujourd’hui, il est vrai qu’il est tout à fait possible de tout réserver soi-même par Internet en se faisant une idée via les commentaires trouvés. Mais un personnel qualifié qui connaît son produit puisqu’il l’a expérimenté peut vous donner un avis plus spécialisé et personnalisé. »

Que répondez-vous aux gens qui se plaignent du prix élevé des offres faites par les tours opérateurs?

« C’est faux! Le marché dans tout ce qui est package est à la baisse partout. C’est d’ailleurs un problème car les tours opérateurs font de moins en moins de marge. Le vacancier peut comparer lui-même plus facilement sur Internet, le secteur a donc le devoir de se réinventer. »

Comment?

« Il faut impérativement créer de la valeur, des services et des offres beaucoup plus larges et réfléchir par rapport à ce qu’attend le client. Un TO qui travaille sur un secteur ou un segment du marché n’est plus viable. Sans ce renouvellement, le secteur est voué à l’échec. Il faut créer du conseil, du service au client. »