Accueil Fêtes Hooverphonic fêtera ses 25 ans en 2020 !

Hooverphonic fêtera ses 25 ans en 2020 !

Le groupe Hooverphonic fêtera ses 25 printemps en 2020. Avant de souffler leurs bougies, Alex Callier, Raymond Geerts et Luka Cruysberghs feront chacun à leur manière leurs adieux à 2019. Comment fêtent-ils Noël et la Saint-Sylvestre? Quelles sont leurs bonnes résolutions? Et de quoi sera composé le menu?

Nous rencontrons les membres d’Hooverphonic juste avant leur concert au Concertgebouw de Bruges. C’est la dernière ligne droite avant une pause bien méritée pour le groupe.

À quoi ressemble votre fin d’année?

Alex: « En principe, nous ne travaillons pas pendant la période de fin d’année. Il nous est arrivé de donner quelques concerts de Noël et l’année dernière, nous avons donné un concert entre Noël et Nouvel An à la Lotto Arena. Toutefois, il s’agit d’une exception. En général, nous prenons des vacances comme tout le monde. »

Comment passez-vous les fêtes de fin d’année, si vous ne travaillez pas?

Alex: « Je fête Noël de manière très traditionnelle. Le soir de Noël est d’office une fête de famille, qui se tient chez nous ou chez un de mes cousins. Le jour de Noël se passe chez ma belle-famille. Je fête toujours la Saint-Sylvestre entre amis. Le menu du Nouvel An est d’ailleurs systématiquement le même: saumon mariné et homard belle-vue. C’est une recette de mon grand-père, qui tenait un restaurant. Seul le dessert change, même s’il s’agit souvent d’un classique, une tarte tatin ou autre. Et entre Noël et Nouvel An, je ne fais pas grand-chose. Beaucoup de gens partent à l’étranger, mais moi, je reste généralement à la maison. Je suis déjà suffisamment absent le reste de l’année. »

Luka et Raymond, qu’en est-il pour vous? 

Raymond: « Grosso modo pareil. Je fête surtout la fin d’année avec mes proches: mon fils, ma compagne et ses enfants. Je tiens à passer ces jours-là avec les personnes que je “délaisse” peut-être le reste de l’année, même si c’est peut-être un grand mot. Je veux passer du temps avec les personnes que je vois moins souvent que j’aimerais, parce que je suis en tournée à l’étranger ou en studio pour travailler sur des nouveaux morceaux. »

Luka: « C’est une de mes périodes préférées de l’année, même si elle est fort chargée. Elle est bourrée de fêtes et je dois acheter un cadeau pour beaucoup de monde. On ne sait plus où donner de la tête. »

Alex: « C’est toujours le problème quand on a une famille avec des papas et des mamans supplémentaires (rires). »

Luka: « En effet. Et je sors à la Saint-Sylvestre. C’est aussi une tradition, toujours avec les mêmes amis. »

La fin d’année est l’une de mes périodes préférées de l’année, mais aussi une période très chargée.
Luka Cruysberghs

Avez-vous déjà pris vos bonnes résolutions?

Luka: « Oui, faire plus de sport et manger plus sainement. Et chanter encore mieux (rires). »

Alex: « J’ai décidé de moins travailler. Je sais déjà que c’est probablement voué à l’échec (rires). Mais je vais quand même essayer. »

Luka: « C’est vrai que tu es un véritable bourreau du travail. »

Alex: « L’avantage est que nous avons un chien depuis peu. Je suis donc bien obligé de le promener régulièrement. Je le vois aussi à mon compteur de pas: mon nombre moyen de pas a grimpé en flèche. » 

Raymond: « Ma seule bonne résolution est d’aller plus souvent chez le kiné, parce que je traîne une hernie et que m’en débarrasser me permettrait de refaire du sport, car mon dos me pose quelques problèmes. J’aime jouer au football et au tennis, mais en ce moment, j’éprouve quelques difficultés à le faire. Ah oui, et j’ai acheté un nouveau vélo, donc faire plus de vélo. » 

Qu’attendez-vous avec impatience en 2020?

Luka: « L’Eurovision! »

Alex: « Oui, mais aussi les concerts célébrant le 20e anniversaire de “The Magnificient Tree”. Une tournée internationale avec des orchestres locaux… ça va être génial. L’Eurovision aussi, bien sûr. Nous ferons également une tournée théâtre en Belgique à partir de janvier avec 25 concerts pour “Looking for Stars”. Nous avons également une série de festivals prévus au programme. Cette année s’annonce passionnante et fantastique. »

Vous êtes un groupe populaire tant en Flandre qu’en Wallonie. Pouvez-vous comparer les deux?

Alex: « La Wallonie nous témoigne en effet beaucoup d’affection. Je crois même que nos concerts y sont encore plus vite sold out qu’en Flandre. Nous y passons aussi sur presque toutes les stations de radio. En ce qui concerne le public aussi, la Wallonie est plus enthousiaste. Ou plus expressive. Attention, les Flamands apprécient tout autant notre travail sur scène, mais ils sont moins démonstratifs. Il faut plus leur tirer les vers du nez (rires). Alors qu’en Wallonie, le public est souvent déjà en délire dès les premières notes. Je sais: c’est un énorme cliché, mais la mentalité “du sud” est sans doute plus présente en Wallonie. On la ressent également en Italie et en Espagne. Une autre différence est que je n’y apparais pas à la télévision. Je peux donc m’y balader en relatif anonymat, ce qui est chouette. »

Quels lieux aimez-vous à Bruxelles et en Wallonie?

Alex: « J’adore le sud du pays. La Wallonie a des villes et une nature époustouflantes. Durbuy, Bouillon, la région de Rochefort, Dinant, de l’Ourthe, les Cantons de l’Est… Ce sont des endroits magnifiques. On mange terriblement bien à Liège. Namur est une ville formidable. Ce qui me surprend toujours en Wallonie, ce sont les superbes salles de concert. Le Théâtre Royal de Namur par exemple. Ou le Palais des Beaux-Arts de Charleroi, avec son ambiance 1950. Mons et Arlon ont d’ailleurs des salles comparables. »

 

Pour conclure: quel conseil donneriez-vous à un groupe débutant?

Raymond: « Assurez-vous d’avoir un excellent avocat. Presque tous les groupes ont été roulés à un moment donné de leur carrière, même les Rolling Stones et Bob Dylan. Cet avocat viendra donc à point à un moment ou à un autre. »

Alex: « Et choisissez un nom unique. Il n’y a qu’un groupe au monde qui s’appelle Hooverphonic: si vous effectuez une recherche en ligne sur Hooverphonic, vous arrivez d’office chez nous. Récemment, quelqu’un m’a dit que je devais écouter le groupe “Brutus”, mais il y a 25 groupes qui se nomment Brutus. Surtout en cette ère d’Internet, avoir un nom unique est utile. Sans oublier de créer votre propre son qui attire l’attention. Mais ne vous y accrochez pas de toutes vos forces non plus. Cigarettes After Sex est un très bon groupe, mais leur deuxième tube est identique au premier. Et c’est bien sûr très reconnaissable, mais aussi dommage. Nous avons des numéros de pop, mais aussi de trip hop et de disco, soit des styles très divergents, mais qui conservent ce son Hooverphonic. »

 

EN PLUS

La biotechnologie retrouve la santé

L’industrie des biotechnologies santé est à la base de la médecine du futur. Plus de 70 % des médicaments innovants dans le monde sont aujourd’hui développés grâce à elle. Et, en Belgique, le secteur est en plein essor.

L’innovation est l’affaire de tous

Chronique Il n’est plus à démontrer que l’innovation est considérée aujourd’hui par nos entreprises wallonnes comme un facteur clé de succès pour accélérer leur croissance. Après avoir travaillé à la maîtrise de ses processus de production, puis de ses processus qualité, l’entreprise s’est aujourd’hui engagée vers la maîtrise de son processus d’innovation, l’amenant par ce biais à se différencier de ses concurrents. 

Mes chers parents, je pars!

indépendance Quitter ses parents: encore étudiant ou déjà lancé dans sa vie professionnelle, il arrive un moment où l’on a envie de goûter à l’indépendance.

A chaque problème financier sa solution

MicrostartObtenir un crédit n’est pas simple pour les personnes à faible revenu ou sans emploi. Cette mission relève même souvent de l’impossible pour les personnes issues d’un parcours d’immigration ou fichées négativement à la Banque nationale de Belgique. Or, pour lancer un projet entrepreneurial ou assurer la croissance de son entreprise lorsqu’on est en activité, des fonds sont nécessaires.

Joëlle Scoriels: Comme une terre d’amour à explorer

Joëlle Scoriels Je me souviens que, lorsque je suis devenue la maman de Sacha, cinq ans avant la naissance d’Estelle, je jetais les bras au ciel en criant ma joie inouïe: j’étais la conquistadora de terres d’amour inexplorées.

‘Image de marque et guerre des talents’

La marque employeur garantit que des candidats auront envie de venir travailler dans l’entreprise. Une atmosphère de travail agréable et authentique garantit qu’ils y resteront quelque temps.

Archief.

La ville de demain sera « smart »

Il y a vingt ans, de grands réalisateurs hollywoodiens imaginaient la ville du futur: une oasis technologique, peuplée de robots intelligents et de voitures volantes. Même si, aujourd’hui, ces visions ne s’avèrent plus si utopiques que cela, c’est surtout le concept de Smart City qui semble apparaître comme l’idéal à atteindre pour nos villes.