6h42, ce matin: le réveille sonne. Ce qui peut sembler une heure aléatoire ne l’est en réalité pas du tout. L’application de sommeil de mon téléphone a défini cet instant précis comme mon moment de réveil « optimal »: proche de 6h45, mon heure de réveil préréglée, et durant une phase de sommeil léger.

Comme je suis plutôt du soir, aucun réveil ne me paraît « optimal », mais je fais confiance à la technologie et mieux encore: en tant que consultante en informatique, je peux la mettre au service de nos clients au quotidien.

Une journée ordinaire au pays connecté

Oui, la technologie m’accompagne réellement tout au long de la journée. Aujourd’hui, nul ne peut nier qu’elle est omniprésente. Le véritable changement, c’est qu’elle devient petit à petit invisible en s’intégrant parfaitement à notre vie. Avec Google Home et Alexa, nous passons de la dactylographie à l’écoute (quelque peu secrète) des assistants vocaux. Les montres connectées et les autres capteurs sensoriels rendent même notre contribution obsolète. Les appareils évoluent et passent de l’attente d’instructions à la détection de nos besoins. Après m’être réveillée grâce à mon réveil intelligent, ma montre connectée détectera du mouvement et enverra un signal à la machine à café pour me préparer une tasse. L’avenir sera connecté et la technologie gagne chaque jour en importance, même pour des applications anodines.

L’avenir sera connecté et la technologie gagne chaque jour en importance, même pour des applications anodines.

Cependant, cette technologie qui évolue à toute vitesse risque également de laisser un grand nombre de personnes derrière elle. Trois Belges sur 10 n’ont en effet jamais entendu parler de l’intelligence artificielle, et 4 sur 10 admettent ne pas en savoir beaucoup sur le sujet. La peur de l’inconnu menace dès lors la vitesse à laquelle nous adoptons les nouvelles technologies. Je m’en réfère volontiers à Marie Curie, la première femme à avoir gagné un prix Nobel, qui a un jour déclaré: « Dans la vie, rien n’est à craindre, tout est à comprendre. »

Comprendre, former et maîtriser le progrès

Pour profiter pleinement de la technologie, nous devons impérativement la comprendre. Il n’est donc pas étonnant que la culture numérique soit considérée comme l’outil d’apprentissage permanent le plus important. Allons encore plus loin et formons une génération de créateurs numériques en lieu et place d’une génération de consommateurs numériques. Investissons dans les compétences qui permettent à tous de comprendre les principes de la technologie afin que chacun puisse créer ses propres solutions. Quoi qu’il en soit, il s’agira d’un investissement que nous ne regretterons pas.

Pour ne pas nous sentir dépassés à l’ère de la technologie, nous devons l’adopter: du cloud à la 5G en passant par les voitures autonomes et les assistants vocaux. Je suis certaine qu’un matin, je descendrai les escaliers pour voir que mon café est déjà prêt. Un café très serré, car ma montre connectée aura prévenu la machine que je suis restée éveillée trop longtemps, pensive vis-à-vis de notre prochaine génération.