Accueil Opinion Jean-Charles Della Faille : Le RH, premier terreau pour donner du sens...

Jean-Charles Della Faille : Le RH, premier terreau pour donner du sens en entreprise

Après avoir été publicitaire pendant une vingtaine d’années, j’aide à présent les particuliers et les organisations à trouver un cap, du sens et du plaisir au quotidien grâce à une méthode simple. Explications.

C’est à force de travailler avec des entreprises et surtout des entrepreneurs que j’ai réalisé à quel point les organisations à succès et leurs parties prenantes (fondateurs, dirigeants, salariés, clients, etc.) avaient un point commun: leurs valeurs. Pourtant, il m’a fallu du temps pour comprendre l’importance de s’aligner et d’aligner les organisations à des valeurs.

Burn out et bullshit job

En janvier 2004, mon médecin me diagnostique un burn-out. Et me dit qu’il est causé notamment par le fait de ne plus être aligné à mes valeurs. J’éclate alors presque de rire: « Docteur, je travaille dans la publicité pour des grandes marques qui parlent sans cesse de leurs valeurs et, désolé de vous le dire mais, la plupart du temps, c’est du bullshit! » En fait, il avait raison.

Il est important d’avoir des valeurs – des vraies, pas du bullshit – afin de devenir un terreau fertile.

Lorsque j’ai quitté la publicité, j’ai découvert la conférence TED de Simon Sinek qui explique que les organisations ont trois niveaux: le quoi, le comment et le pourquoi (what, how, why). Si les organisations savent ce qu’elles font (what) et comment elles le font (how), il leur est souvent très compliqué de définir pourquoi elles le font (why). Et l’argent n’est pas la réponse. Le “why” est la mission de l’entreprise, sa cause, sa raison d’être. En travaillant avec des entrepreneurs, j’ai découvert que nous aussi, individus, avions un “why”.

Rechercher et inspirer un “Why”

Pour faire simple, nous avons tous des valeurs et, parmi elles, l’une est notre finalité, notre raison d’être. Mais c’est inconscient. Alors, la trouver permet de faire des choix conscients, alignés à nos valeurs et qui nous donneront du sens, comme travailler dans une entreprise qui partage lesdites valeurs. Et pour une entreprise, identifier ses valeurs, c’est savoir quels candidats – au-delà des compétences – feront l’affaire. Voilà pourquoi il est important d’avoir des valeurs – des vraies, pas du bullshit – afin d’inspirer, fédérer, créer l’envie et devenir un terreau fertile.

Article précédentRendre au leader son humanité
Article suivantLes maladies rares

EN PLUS

‘La digitalisation? Une exigence d’avenir pour nos PME!’

Accès au financement, entrepreneuriat féminin, accès aux marchés publics, entrepreneuriat de la seconde chance, modernisation du cadre législatif. En termes de politique des PME, la Belgique fait figure d’exemple sur la scène internationale. Nous sommes aujourd’hui engagés dans un nouveau défi: l’entrée dans la 4erévolution industrielle, celle de la digitalisation.

3 questions à Cathy Scoupe

Le secteur des sciences de la vie, ainsi que le domaine pharmaceutique, font appel à de la consultance depuis de nombreuses années. Autopsie de cette pratique avec Cathy Scoupe, responsable Benelux de la société Consultys.

« On va de plus en plus devoir se diriger vers des constructions fonctionnelles »

Cédric Wautier, animateur de l’émission « Une brique dans le ventre » nous a donné son avis sur l’habitat et son avenir en Belgique. Selon lui, la nouvelle génération va changer beaucoup de choses avec l’idée de partage.

Le mazout, incontournable dans la transition énergétique

Si nous souhaitons continuer à bénéficier d’un climat vivable dans quelques décennies, nous devrons gérer l’énergie d’une tout autre façon. « Prendre soin du climat et économiser l’énergie vont de pair », explique Willem Voets, General Manager d’Informazout. « Le secteur de l’énergie et ses 5 millions de bâtiments chauffés devront également y contribuer. Pour ce faire, il ne faut toutefois pas uniquement être attentif aux nouvelles technologies, les méthodes de chauffage existantes ont également leur place dans la transition énergétique », affirme Willem Voets.

Archief.

La ville de demain sera « smart »

Il y a vingt ans, de grands réalisateurs hollywoodiens imaginaient la ville du futur: une oasis technologique, peuplée de robots intelligents et de voitures volantes. Même si, aujourd’hui, ces visions ne s’avèrent plus si utopiques que cela, c’est surtout le concept de Smart City qui semble apparaître comme l’idéal à atteindre pour nos villes.