Accueil Famille L’assiette familiale: entre équilibre et plaisir

L’assiette familiale: entre équilibre et plaisir

Manger sain, un vœu pieux? Pas toujours facile en effet d’éviter les écarts, ni de concilier tous les goûts sous le même toit. Relax! Selon nos experts, il faut surtout savoir s’écouter et varier les aliments. Et il est tout à fait possible d’embarquer les enfants.

Laurence Chasseur.
Psychologue-diététicienne

Quels conseils donneriez-vous aux parents d’enfants qui n’aiment pas les découvertes?

« Tous les enfants passent par une période de sélectivité alimentaire, généralement marquée entre 4 et 7 ans. Les aliments qui posent problème sont souvent les fruits et les légumes, les viandes, et ce qui a un goût relevé. Dans ce contexte, l’attitude des parents est importante car les enfants fonctionnent par imitation. Pour l’amener à manger ce qu’il n’aime pas, je recommande d’être patient et persévérant avec l’enfant, sans jamais le forcer. Introduisez un nouvel aliment à la fois, de façon répétée, et en l’associant avec des choses qu’il aime. Quand il mange, gratifiez-le. Je ne parle pas de récompenses matérielles mais de félicitations, de reconnaissance. »

D’après vous, qu’est-ce qu’un régime équilibré?

« En tant que psychologue, je pense qu’il faut savoir relativiser ce sujet, et sortir de certaines croyances, comme par exemple le fait que c’est mauvais de manger deux fois chaud. L’équilibre alimentaire est quelque chose qui change fort d’une culture à l’autre et qu’il faut considérer sur une journée complète. Et là, je crois que le corps “sait” ce qui est bon pour lui, et tend naturellement vers cet équilibre. C’est pour ça que chez l’enfant, il faut savoir faire confiance en ses besoins et ne pas le forcer. C’est pareil chez l’adulte, sauf évidemment lorsqu’on constate une pathologie, comme des problèmes endocriniens, qui biaisent le message du corps. Dans ce cas, il existe bien entendu des régimes spécifiques. »

Quels snacks choisir pour se faire plaisir tout en restant dans une dynamique saine?

« Le plaisir, c’est important, et on ne peut pas le détourner. Donc, qu’est-ce qui vous fait vraiment plaisir? Beaucoup de gens ont des pulsions alimentaires, et je pense qu’il faut savoir assumer et s’écouter. Parfois des patients me disent qu’ils ont eu envie de chips et qu’ils ont combattu ça en mangeant des fruits et des biscuits, pour finalement quand même manger des chips. Du coup, c’est pire, l’apport calorique est supérieur à ce qu’il aurait été si la personne s’était vraiment écoutée au départ. Chez l’enfant, questionnez ses désirs et proposez-lui du choix, sans tomber dans la restriction. De manière générale, évitez les additifs, comme les exhausteurs de goût, et ce qui est trop sucré. »


Mélissa Moretti.
Diététicienne-nutritionniste spécialisée en diététique des enfants et adolescents

Quels conseils donneriez-vous aux parents d’enfants qui n’aiment pas les découvertes?

« Le plus important, c’est d’impliquer l’enfant à différentes étapes et de rendre les choses ludiques. C’est bien de l’emmener faire les courses et de lui laisser choisir des aliments, la composition de certains repas. Allez aussi avec lui sur les marchés, cuisinez ensemble, demandez son aide pour le barbecue! Pour rendre les choses amusantes, vous pouvez également réaliser un potager avec lui, il mangera plus facilement des choses qu’il a lui-même fait pousser. Ensuite, je conseille de jouer avec le visuel parce que les enfants mangent avec les yeux. Si vous voulez leur donner envie de manger des fruits, par exemple, présentez-les en brochette, c’est attractif et ça peut rappeler des brochettes de chiques. »

D’après vous, qu’est-ce qu’un régime équilibré?

« L’équilibre, ça veut dire que rien n’est interdit mais qu’il faut savoir varier. Vous pouvez manger de tout, y compris des repas moins sains tels que les plats en sauce, gratinés, ou même des fritures, mais de manière occasionnelle. L’idéal, c’est un plat avec une petite portion de protéines et autant de légumes que de féculents. Chez, l’enfant, il y a une spécificité, c’est qu’il a droit à un féculent à chaque repas parce que c’est de là qu’il tire l’énergie nécessaire à sa croissance, sa concentration et ses activités sportives. Il faut compléter ces repas de fruits et légumes, de produits laitiers les plus naturels possible, et surtout limiter la consommation de viandes, volailles, poissons et œufs à maximum une fois par jour. »

Quels snacks choisir pour se faire plaisir tout en restant dans une dynamique saine?

« Tant que ça ne devient pas une habitude, je conseille tout simplement de prendre son snack préféré, et pas nécessairement d’aller dans du light. Je ne crois d’ailleurs pas trop en l’utilité des gammes “light”. Cet aliment plaisir ne doit pas être consommé pour son intérêt nutritionnel mais pour satisfaire une envie. L’essentiel est de le savourer. C’est en effet plus sain de prendre le temps de manger lentement et de vraiment profiter du moment en restant raisonnable dans les portions. Ça doit aussi rester occasionnel, ce qui n’est pas le cas si on met un biscuit tous les jours dans la boîte à tartine de son enfant, par exemple. »


Arabelle Meirlaen.
Cheffe étoilée proposant une cuisine intuitive et santé

Quels conseils donneriez-vous aux parents d’enfants qui n’aiment pas les découvertes?

« Selon mon expérience, les enfants n’aiment pas trop manger des légumes. Alors je prépare des soupes. Quand elles sont bien mixées ça passe, et je peux même y intégrer subtilement des découvertes comme des fleurs, des orties, des épices ou de la spiruline. Ensuite, j’essaie de cuisiner des choses naturelles qui plaisent aux enfants, comme du poisson pané ou des pommes au four avec un tout petit peu d’huile. Avant, quand mes filles étaient plus difficiles, je leur promettais toujours une activité ou un moment ensemble en échange. Je pense également que le plus tôt vous habituez vos enfants à faire des découvertes, plus ce sera facile après. »

D’après vous, qu’est-ce qu’un régime équilibré?

« Je préfère parler de plat bien-être et de vitalité. Pour rester en bonne santé le plus longtemps possible, je propose une cuisine très vitaminée avec beaucoup de légumes et d’épices, mais aussi moins de protéines animales. J’ai créé un potager afin d’être certaine de cuisiner des produits qui soient les plus frais et naturels possible. J’ai également fait le choix de diminuer le gluten, le lactose et le sucre. Il y a toujours du pain à table, mais à base de céréales plus digestes comme l’épeautre, et je travaille beaucoup avec de l’huile d’olive. En fait, je me base sur les médecines alternatives comme l’ayurveda indienne. J’essaie de respecter les saisons, les équilibres et de manger en pleine conscience. »

Quels snacks choisir pour se faire plaisir tout en restant dans une dynamique saine?

« Il y a des choses plus gourmandes et qui sont très rapides à faire. Par exemple une poêlée de légumes, que vous faites rissoler avec de l’ail et des épices de votre choix. L’important, c’est d’y mettre ce dont vous avez envie sur le moment même. Qu’est-ce que votre corps réclame à l’instant présent? Sinon, pour les enfants, il y a des recettes de gâteaux qui sont très chouettes. Pour réduire le gluten, on peut utiliser des farines variées, comme des farines de riz, de coco et de châtaigne, ou de la maïzena. S’ils veulent de la glace, j’utilise plutôt des laits végétaux, mais je fais surtout des sorbets purs fruits ou des glaçons à base de jus de fruit. »

EN PLUS

La ville de demain sera « smart »

Il y a vingt ans, de grands réalisateurs hollywoodiens imaginaient la ville du futur: une oasis technologique, peuplée de robots intelligents et de voitures volantes. Même si, aujourd’hui, ces visions ne s’avèrent plus si utopiques que cela, c’est surtout le concept de Smart City qui semble apparaître comme l’idéal à atteindre pour nos villes.

Il pousse, il pousse, le « circuit court »

circuit court Pour court-circuiter nos habitudes alimentaires formatées, rien ne vaut le circuit court. De plus en plus de néo-agriculteurs tentent l’aventure de la filière directe producteurs-consommateurs.

Les volets désormais compatibles avec les constructions étanches à l’air !

Pour lutter efficacement, et au quotidien, contre le réchauffement climatique, des maisons bien isolées, dotées d’un flux énergétique parfaitement maitrisé, constituent la base. Et il est désormais aussi possible d’installer des volets pour parfaire encore un peu plus l’isolation.

Faites pas genre: les femmes se lancent

Entrepreneurs féminins « Où sont les femmes » chantait Patrick Juvet en 1997. En 2020, on dirait qu’on les a trouvées: elles lancent leurs entreprises. Une bonne nouvelle pour la parité dans le milieu entrepreneurial, où 2 entrepreneurs sur 3 sont encore des hommes.

Être maman en 2018

Les aspects de notre société évoluent constamment, la maternité y compris. Aujourd’hui, on a moins d’enfants, mais on leur consacre plus de temps. Pour une femme, être enceinte, c’est aussi savoir combiner travail et bébé, toute seule ou en couple.

Mieux vaut prévenir que guérir

La meilleure façon de lutter contre les infections virales ou bactériennes est de ne pas les attraper. Des gestes simples, appliqués au quotidien, permettent de se protéger mais aussi de protéger les autres de la maladie. Ces gestes barrières, les voici.

Archief.

La ville de demain sera « smart »

Il y a vingt ans, de grands réalisateurs hollywoodiens imaginaient la ville du futur: une oasis technologique, peuplée de robots intelligents et de voitures volantes. Même si, aujourd’hui, ces visions ne s’avèrent plus si utopiques que cela, c’est surtout le concept de Smart City qui semble apparaître comme l’idéal à atteindre pour nos villes.