La fin des vacances approche, bientôt la rentrée des enfants… et la vôtre aussi. L’anxiété se mélange à l’excitation? Comment préparer une rentrée zen et sereine? Voici quelques pistes pour vous y aider.

Chouette, la rentrée! Notre état d’esprit a une influence plus importante sur nous et nos enfants que la situation elle-même. Changez donc de regard! En créant une ambiance de joie de la rentrée comme si vous accueilliez le printemps. Parlez-en avec vos enfants de manière détendue et sans moraliser, profitez de ces moments partagés avec eux. Valorisez le plaisir: plaisir d’apprendre, de comprendre, de faire de nouvelles connaissances, de découvrir les lieux, mais aussi de retrouver les copains, des professeurs appréciés…

Anticiper, c’est gagner! De la même façon qu’on s’inquiète à l’avance, on s’apaise en prenant de l’avance. Commencer petit-à-petit les courses, la préparation du matériel, le planning, vous permet de cocher les cases de la « check list » et de vous sentir prêt(e)s. Vous pouvez également anticiper le changement de rythme, en prévoyant le dîner et le coucher de plus en plus tôt, de même que le réveil matinal. Et anticiper le cadre, rappeler les règles qui s’appliqueront pendant l’année scolaire, créer ou recréer les routines qui faciliteront la vie.

Pensez plutôt à lui dire votre confiance pour trouver ses propres solutions.

Bravo, tu grandis! Associez votre enfant aux préparatifs, choisissez ensemble le matériel dans le respect de vos limites, permettez-lui de personnaliser ou de faire seul ce qui peut l’être pour qu’il se sente impliqué et plus autonome. Félicitez-le pour les progrès réalisés. Invitez-le à être curieux et ouvert à ce qui va se passer…

Grandir n’est pas toujours confortable. La rentrée scolaire suscite aussi des émotions moins agréables chez les enfants, surtout si c’est la première ou une nouvelle école. Anxiété, mauvaise humeur, tristesse… C’est normal! Il suffit d’accueillir ces émotions et se poser avec son enfant pour les vivre, simplement, en respirant, en écoutant, en lui offrant un peu de temps. La tentation est grande de lui donner des conseils? Pensez plutôt à lui dire votre confiance en lui pour trouver ses propres solutions.

Et si le stress pointe le bout de son nez? RE-LA-TI-VI-SEZ! Vous n’envoyez pas votre enfant dans le Grand Nord ou le désert saharien… Les difficultés qu’il rencontrera lui apprendront… la vie! Tout simplement.