Accueil Famille Bougez jeunesse!

Bougez jeunesse!

Au sein d’un modèle de société toujours plus sédentaire, les enfants paient les pots cassés en se détournant largement des activités physiques. Un drame quand on sait les bénéfices durables du sport chez les plus jeunes. Heureusement, ce désamour n’a rien d’une fatalité.

Depuis des années, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) classe la sédentarité dans sa liste des dix principaux facteurs de risque de mortalité dans le monde. Un risque particulièrement élevé chez les jeunes puisque 81 % des adolescents ne bougeraient pas assez. En cause, un mode de vie trop statique, axé sur la voiture et les écrans, mais aussi une urbanisation croissante qui peut décourager la pratique d’une activité d’extérieur.

La santé passe par l’activité physique

Le problème est pourtant très sérieux, quand on sait l’impact qu’il peut avoir sur toute une vie. « Les bénéfices d’une activité physique chez l’enfant sont à la fois physiques, psychologiques et sociaux », explique Frédéric Piérart, responsable du Programme d’Encadrement pédiatrique du Sport (PEPS) au CHC de Liège. En effet, la pratique d’une telle activité soutient la croissance et l’ossification, améliore la fréquence cardiaque et les défenses immunitaires, régularise la tension, et favorise la ventilation respiratoire. Elle prévient aussi de maux comme le surpoids et son lot de pathologies associées. « Sur un autre plan, cela diminue le stress et améliore le sommeil. De plus, le sport est un vecteur de rencontre et d’intégration sociale », complète le pédiatre.

Redonner le goût du sport aux enfants

Dans ce contexte, donner le goût du mouvement aux plus jeunes constitue une mission d’utilité publique essentielle. En Fédération Wallonie-Bruxelles, l’ADEPS en a fait un de ses credo depuis très longtemps. « Nous voulons offrir à l’enfant la possibilité de multiplier les expériences sportives dès son plus jeune âge », témoigne Michel Masson, responsable du centre d’Engreux, situé au cœur des Ardennes et spécialisé dans les stages familiaux. « L’important c’est qu’il touche à tout et qu’il développe sa psychomotricité pour peut-être, dans un second temps, déterminer le sport qui lui plaît le mieux et s’y fixer. » Et pour que cette découverte soit durablement associée à une sensation de bien-être, l’ADEPS compte sur un encadrement de qualité à tous les niveaux. « Nous offrons des infrastructures sûres, des équipements de qualité et des moniteurs qui sont tous diplômés en éducation physique », précise Michel Masson. Afin d’amener de la variété, les enfants sont pris en charge par différents encadrants sur la journée. Et afin de personnaliser le suivi, les groupes ne dépassent pas les 15 participants pour un stage multisport. « Durant les pauses et les temps libres, la beauté du site et la disponibilité des moniteurs permettent de créer une ambiance conviviale. »

L’important, c’est de bouger/jouer

Structure de référence, l’ADEPS n’est pas pour autant la seule à proposer un premier contact de qualité avec le sport à des tarifs intéressants. Les provinces et les communes, mais aussi de nombreuses ASBL et clubs sportifs étalent des offres qui peuvent convenir aux familles pour initier leurs enfants au bonheur de bouger. Et s’ils n’accrochent à aucun sport traditionnel, ou que le prix demandé par les clubs sportifs est hors budget, tout n’est pas perdu pour autant. « On fait une distinction entre “activité physique” et “sport organisé” », explique Frédéric Piérart. « L’essentiel, c’est la première. Un enfant ne doit pas nécessairement être inscrit dans un club de sport pour être en bonne santé. L’important c’est de sortir de chez soi, de courir, nager, jouer au jardin, grimper aux arbres, aller à l’école à vélo, bref de bouger et d’y prendre plaisir. » Les parents, bien sûr, gardent un rôle central dans le procédé. « Ils doivent être des modèles et encourager leurs enfants à sortir, en leur montrant que c’est agréable, par exemple en organisant des sorties à vélo avec les voisins, ou en allant nager le week-end avec eux. » D’ailleurs, bonne nouvelle: il n’est jamais trop tard pour se mettre au sport! Et c’est toujours plus agréable en famille.

EN PLUS

Chacun doit toujours se demander ce qu’il peut faire à son niveau!

Philippe Van TroeyeParce qu’elle est considérable avec ses 17.000 employés, qu’elle est souvent au centre des débats et polémiques en tous genres, et surtout parce que son business de base, l’énergie, implique aussi une dimension sociétale, nous avons voulu interroger Philippe Van Troeye, le CEO d’une entreprise pas tout à fait comme les autres.

Xavier Tackoen: Bruxelles est-il un véritable laboratoire de la mobilité?

Xavier Tackoen Il n’y a pas de doute là-dessus. Et cela s’explique par plusieurs facteurs. Tout d’abord, la mobilité bruxelloise fait depuis plusieurs années la « une » des journaux, évoquant tantôt la congestion galopante, les retards des trains et des projets ferroviaires ou les choix cornéliens pour faire cohabiter les différents modes de transport.

IA : une stratégie belge pour une transition annoncée

IA L’IA est aujourd’hui la technologie de pointe qui fait fantasmer bon nombre d’entre nous car elle ouvre un énorme champ de possibilités dans le monde moderne.

Rendre au leader son humanité

RH Dans un monde du travail en profonde mutation, le rôle du leader est de plus en plus remis en question. Et si le « leadership », autrefois synonyme d’ascendance indiscutable et de pouvoir brut, s’ouvrait tout simplement à la flexibilité et à l’empathie?

Jean-Charles Della Faille : Le RH, premier terreau pour donner du sens en entreprise

Managment Après avoir été publicitaire pendant une vingtaine d’années, j’aide à présent les particuliers et les organisations à trouver un cap, du sens et du plaisir au quotidien grâce à une méthode simple. Explications.

Être maman en 2018

Les aspects de notre société évoluent constamment, la maternité y compris. Aujourd’hui, on a moins d’enfants, mais on leur consacre plus de temps. Pour une femme, être enceinte, c’est aussi savoir combiner travail et bébé, toute seule ou en couple.

Archief.

La ville de demain sera « smart »

Il y a vingt ans, de grands réalisateurs hollywoodiens imaginaient la ville du futur: une oasis technologique, peuplée de robots intelligents et de voitures volantes. Même si, aujourd’hui, ces visions ne s’avèrent plus si utopiques que cela, c’est surtout le concept de Smart City qui semble apparaître comme l’idéal à atteindre pour nos villes.