Accueil Agri & Food Agriculteur bio: le goût du métier

Agriculteur bio: le goût du métier

En plus des bienfaits évidents pour la santé du consommateur, d’autres conséquences non moins importantes découlent des pratiques de l’AB.

En Belgique, nous avons l’inestimable chance d’avoir des nappes d’eau souterraines qui alimentent nos robinets, l’agriculture biologique n’utilisant donc pas de pesticides de synthèse, respecte naturellement cette ressource.

Des solutions agronomiques

L’agriculture bio demande aux agriculteurs une reprise en main de leur métier par une remise en question de leur pratique et la recherche de solutions agronomiques passant par le bon sens paysan, bon sens qu’ils avaient peu à peu perdu avec l’avènement des intrants de synthèse qui leur simplifiaient drastiquement la tâche avec ce sempiternel schéma (un problème = solution: un produit de synthèse). Les agriculteurs ayant fait cette démarche constatent qu’ils ont retrouvé leur autonomie, le goût du métier et sont fiers de proposer des produits en adéquation avec les attentes actuelles.

« L’agriculture bio demande aux agriculteurs une reprise en main de leur métier. »

Des surfaces

La charge de travail d’une ferme biologique est assez importante et ne permet pas un agrandissement à l’infini des surfaces comme ce que l’on peut constater ailleurs. Ceci n’est pas un désavantage, que du contraire, car de ce fait la concurrence et la pression sur le foncier diminuent naturellement, et des réseaux d’échanges d’expériences entre fermiers permettent à ceux-ci d’évoluer vers une plus grande maîtrise de leurs cultures.

En qualité et en qualité

L’AB ne joue pas dans le jeu des marchés mondiaux car elle relocalise au maximum ses productions. L’objectif de l’agriculteur bio n’est pas de produire des aliments pour l’autre bout de la planète mais bien pour sa région, en quantité et surtout en qualité! Nous montrons qu’il n’y a pas un modèle mais des modèles de productions agricoles possibles. Le cahier des charges de l’AB est strict et régulièrement contrôlé. Il rassure les consommateurs désireux de consommer des produits naturels, respectueux de l’animal et de l’environnement. Notre philosophie invite le consommateur à se reconnecter à la nature et au vivant, l’alimentation devient alors un acte de consommation responsable et durable.

EN PLUS

Le management persuasif Un modèle efficace de gestion?

Parfois qualifié d’informatif, le management persuasif consacre une place importante à l’échange et au relationnel. À l’écoute de ses collaborateurs, le manager cherche plus à convaincre qu’à imposer. Il est doté de charisme et d’une grande capacité à guider.

Le spectre du quantique

Ordinateur Quantique De Google à Alibaba en passant par IBM, c’est la course pour être le premier à maîtriser la technologie quantique. Les premiers résultats sont là, bien qu’imparfait. Si la recherche universitaire et industrielle s’en réjouit, d’autres s’inquiètent de la sécurité de nos systèmes informatiques.

Charles-Henri de Maleissye-Melun: « Achat en magasin ou en ligne, tout est imbriqué »

Charles-Henri de Maleissye-Melun pilote depuis deux ans l’intégration de Fnac et Vanden Borre en une seule entité commerciale. Le Managing Director de 48 ans fait du commerce en ligne de ses deux enseignes un levier stratégique majeur.

« Consommer bio, c’est le minimum syndical qu’on peut faire »

Fondateur du célèbre Pain Quotidien en 1990, Alain Coumont, 57 ans, est un précurseur du bio. Rencontre avec ce restaurateur belge atypique qui a transformé et révolutionné les boulangeries, en faisant d’elles des endroits aussi conviviaux qu’utiles.

Gevers, l’expert incontesté des brevets

Toute société moderne doit protéger et valoriser ses innovations. Surtout dans les secteurs concurrentiels de pointe comme la chimie et les biotechnologies. Pour cela, le brevet est souvent la meilleure solution.

Archief.

La ville de demain sera « smart »

Il y a vingt ans, de grands réalisateurs hollywoodiens imaginaient la ville du futur: une oasis technologique, peuplée de robots intelligents et de voitures volantes. Même si, aujourd’hui, ces visions ne s’avèrent plus si utopiques que cela, c’est surtout le concept de Smart City qui semble apparaître comme l’idéal à atteindre pour nos villes.