Il y a une vérité qui peut déranger mais qui est incontournable: l’industrie participera de manière déterminante à la solution des grands problèmes sociétaux actuels.

C’est l’industrie qui fabrique et fabriquera les infrastructures des énergies renouvelables, les moyens de transport carbonless, les robots qui délivreront les personnes des tâches pénibles, ou encore les vaccins et médicaments.

L’industrie est inscrite dans l’ADN de la Wallonie depuis près de 150 ans. Elle fut sa richesse pendant 80 ans, son drame pendant 30 ans. Mais elle est en passe de redevenir sa force.

La mutation industrielle est en marche en Wallonie depuis bientôt 20 ans. Le secteur de la santé a connu un développement constant au point de devenir le premier secteur industriel. Dans la foulée, s’est développé un secteur biotechnologique engendrant un écosystème qui commence à compter sur la scène internationale. Plus généralement, un nombre important de start-up et de spin-off se créent dans la mécatronique, l’aéronautique, le numérique ou l’industrie des plateformes.

Il faut amplifier les politiques si la Wallonie veut renouer avec son destin: être une terre industrielle de renommée internationale.

L’enjeu pour la Wallonie est, bien sûr, d’en créer encore mais surtout de les faire grandir: 40 entreprises de 25 personnes n’égalent pas 4 entreprises de 250 personnes. À un certain niveau, les entreprises exportent proportionnellement plus, elles font plus de R&D et d’innovation qu’elles diffusent autour d’elles, elles créent de l’emploi indirect, alimentant fournisseurs et services aux entreprises.

Depuis 15 ans, la Wallonie s’est dotée d’une politique industrielle, notamment en créant et en soutenant six pôles de compétitivité dont la principale tâche est de rassembler entreprises, universités, centres de recherche pour construire et mettre en œuvre des projets de recherche ambitieux, porteurs de valeur ajoutée et d’emplois. Les politiques pour un accès plus aisé aux financements publics et privés, les politiques de formation, d’aménagement du territoire, sont aussi essentielles pour le développement de l’industrie wallonne.

Un autre enjeu, surtout pour les industries plus mâtures, est l’entrée de nos entreprises dans l’industrie 4.0, à savoir, en gros, l’industrie de la digitalisation, de l’interconnectivité des moyens de production et de l’intelligence artificielle. Cette nouvelle organisation du processus industriel entraîne des produits plus personnalisés, de meilleure qualité et de moindre coût. Le programme wallon « Made Different Digital Wallonia », en place depuis 2 ans, vise à sensibiliser et accompagner les entreprises dans leur transformation 4.0. Près de 800 entreprises ont été sensibilisées, une centaine sont entrées dans le processus de changement.

Les outils sont en place, les germes sortent de terre, mais il faut tenir le cap, amplifier les politiques si la Wallonie veut renouer avec son destin: être une terre industrielle de renommée internationale.