Accueil Opinion Rika Coppens: 'Image de marque et guerre des talents'

Rika Coppens: ‘Image de marque et guerre des talents’

La marque employeur garantit que des candidats auront envie de venir travailler dans l’entreprise. Une atmosphère de travail agréable et authentique garantit qu’ils y resteront quelque temps.

Temps bénis 
Ce sont des temps bénis pour les demandeurs d’emploi. Dans certaines régions, presque toutes les professions sont devenues des goulets d’étranglement. Et parmi celles traditionnellement confrontées à un taux de chômage élevé, le nombre de demandeurs d’emploi est historiquement bas. Dans ce “marché axé sur les candidats”, ce n’est pas souvent l’employeur qui choisit qui engager, mais le candidat qui choisit le lieu où il souhaite travailler. Et ce choix n’est certainement pas uniquement basé sur des critères objectifs.

Paramètres subjectifs
Les gens prennent naturellement en compte un certain nombre de faits concrets lorsqu’ils recherchent un emploi: la distance qui les sépare de leur lieu de travail, les salaires offerts, le nombre de jours de vacances… Mais il existe également toute une série de paramètres plutôt subjectifs qui détermineront où une personne postule. La réputation de l’entreprise par exemple. A-t-elle le nom du bon employeur? Et qu’est-ce qu’un bon employeur? Les employés nous disent-ils avec fierté qu’ils travaillent là-bas? La réponse à la dernière question est l’essence même de la marque employeur: à quel point un employé est-il fier de son entreprise? Parce que seuls ceux qui sont vraiment fiers, ou qui ne le sont pas du tout, se sentiront appelés à partager cette opinion. Les opinions neutres et nuancées sont malheureusement rarement partagées en raison de leur caractère peu spectaculaire.

Dans ce “marché axé sur les candidats”, ce n’est pas souvent l’employeur qui choisit qui engager.

Diffuser les opinions 
Les médias sociaux ont permis aux gens de diffuser leur opinion plus facilement que jamais auparavant. Et cela a ses implications. Si une entreprise avait autrefois un employé mécontent, il pouvait se plaindre au bar de son pub préféré. L’impact était plutôt limité. De nos jours, si des personnes entrent en conflit avec leur employeur, elles le mettent sur Facebook et ce message peut être partagé indéfiniment. Sans droit à une réponse de cet employeur. Le dommage à la réputation est potentiellement gigantesque. Des réactions trop simplistes et impulsives sur Facebook, par exemple, peuvent hanter les gens pendant longtemps, mais auront également un impact sur l’image de leur entreprise.

L’authenticité d’une entreprise 
Il est donc de la responsabilité d’un employeur de guider ses employés dans ce domaine. Le marketing et les ressources humaines peuvent mettre en place de belles campagnes de promotion de la marque employeur, mais si les employés ne montrent pas la même image, la crédibilité est nulle. Et si le poste ne correspond pas aux attentes du candidat, le poste sera à nouveau disponible. Le marketing et les ressources humaines veillent à ce que les candidats signent leur contrat, mais l’authenticité d’une entreprise garantit qu’ils y restent quelque temps.

EN PLUS

Benoît Dejemeppe: L’information du patient, un droit souverain

L’information est un droit essentiel du patient. Elle doit être loyale, pertinente, personnalisée et être délivrée de manière claire et compréhensible pour le patient.

Nathalie Crutzen: La ville de demain sera « smart »

Il y a vingt ans, de grands réalisateurs hollywoodiens imaginaient la ville du futur: une oasis technologique, peuplée de robots intelligents et de voitures volantes. Même si, aujourd’hui, ces visions ne s’avèrent plus si utopiques que cela, c’est surtout le concept de Smart City qui semble apparaître comme l’idéal à atteindre pour nos villes.

L’investissement belge au beau fixe

L’été dernier, Olivier de Wasseige devenait le directeur général et administrateur-délégué de l’Union Wallonne des Entreprises, succédant à Vincent Reuter. C’est dans son bureau à Wavre qu’il nous a reçus, pour évoquer, entre autres, la situation de l’investissement chez nous.

Le chatbot: nouvel atout dans la relation client?

De plus en plus d’entreprises belges intègrent les chatbots sur leur site Internet. Disponibles 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, ces assistants numériques automatisés – appelés aussi « agents conversationnels » – répondent à toutes les sollicitations des visiteurs, instantanément.

Archief.

Nathalie Crutzen: La ville de demain sera « smart »

Il y a vingt ans, de grands réalisateurs hollywoodiens imaginaient la ville du futur: une oasis technologique, peuplée de robots intelligents et de voitures volantes. Même si, aujourd’hui, ces visions ne s’avèrent plus si utopiques que cela, c’est surtout le concept de Smart City qui semble apparaître comme l’idéal à atteindre pour nos villes.