Accueil RH La transformation digitale : Un bien nécessaire à ne pas sous-estimer

La transformation digitale : Un bien nécessaire à ne pas sous-estimer

Les entreprises belges sont à la traîne en matière de transition digitale. Alors que toute la société se transforme dans ce sens, il devient important de savoir comment prendre le train en marche.

La réalité digitale 
En 2018, croire encore que l’on peut se passer du digital au sein d’une entreprise, c’est se voiler la face au plus haut niveau. Que vous soyez petit indépendant ou grande entreprise, la réalité digitale est au pied de votre porte. Si cette transformation ne vient pas de l’intérieur, elle viendra un jour frapper à votre porte au moment où vous l’attendez le moins. « Je me souviens de ce plombier qui était totalement récalcitrant au digital lorsqu’on lui a proposé des solutions au début de l’année. Avant la fin de l’année, il avait déjà changé d’avis », raconte Reggy-Charles Degen, CEO de Q7 Leader et professeur à la Solvay Business School. « Un petit malin en digital venait de créer une plateforme en ligne qui répertoriait tous les services de plomberie dans la région. Il demandait 20 % de son profit au plombier pour lui donner accès à une plus large clientèle ». Mieux vaut dès lors prendre les devants pour ne pas se faire couper l’herbe sous le pied.

Décider de ne rien décider
Pourtant à l’heure actuelle, si plus de 70 % des entreprises sont conscientes du défi digital, pas plus de 30 % d’entre elles ne mettent des choses en place pour y répondre. La cause? D’un côté, l’absence de prise de conscience, de l’autre, paradoxalement, une pléthore d’offres d’applications et de solutions digitales parmi lesquelles les entreprises ont du mal à choisir. « C’est un fait, aujourd’hui, on assiste à une tétanisation massive des décideurs qui hésitent à faire un choix de solution », explique Reggy Degen. « Du coup, ils se laissent influencer par des commerciaux extérieurs qui leur racontent une belle histoire sur le produit qu’ils vendent ». Ou bien, ils décident de ne rien décider pour le moment.

Les managers eux-mêmes seront les RH de demain.

Communication/collaboration 
Pour avancer et prendre les rênes de la digitalisation, il n’y aurait cependant qu’une solution: « il faut d’abord cerner ses besoins (stratégie, organisation plus efficace…). Ensuite, il faut identifier les enjeux et les implications pour l’organisation du travail et le travail des collaborateurs (ce qui change, accompagnement des travailleurs…) », explique Laurent Taskin, professeur à la Louvain School of Management. « Mais, il faut surtout être au clair sur ses propres intentions et la partager très largement ». La communication, donc, reste un élément primordial au sein de l’entreprise pour aborder cette digitalisation. Reggy Degen, lui, préfère parler de collaboration, insistant sur le fait que les managers doivent changer d’état d’esprit face à leurs collaborateurs. « Le manager doit se transformer en coach. Il doit remettre sa position de chef en jeu et devenir un facilitateur pour ses collaborateurs ». L’arrivée des millennials sur le marché de l’emploi, par exemple, doit s’accompagner d’une écoute attentive de leurs idées, eux qui ont depuis leur plus tendre enfance baigné dans cet univers digital. Si les managers ne s’adaptent pas, l’entreprise risque de connaître la fuite de nombreux talents.

Muter avec la transformation 
Au final, c’est toute la structure de l’entreprise qui devrait muter avec la transformation digitale. Si auparavant, l’entreprise se focalisait sur son efficacité, elle devra in fine se concentrer sur le bien-être de ses employés (vecteur de l’efficacité de l’entreprise). Et c’est notamment grâce à la digitalisation et à la collecte de data qu’elle y parviendra. « Les managers eux-mêmes seront les RH de demain. Les RH quant à eux seront des facilitateurs analytiques également agrégateurs d’applications digitales », insiste Reggy Degen. Ces applications auront la mission de fournir des données objectives recueillies sur le terrain qui permettront ainsi d’apporter des solutions personnelles aux managers et aux collaborateurs.

 

EN PLUS

La pub est morte, vive la pub!

Digital Marketing Voici des années qu’on nous l’annonce, la publicité traditionnelle (outbound marketing) est promise à une mort certaine. On s’en plaint: elle serait trop intrusive. On s’y habitue: elle provoque l’accoutumance puis l’indifférence. On l’esquive: les nouvelles technologies nous permettent de la bloquer. Doit-on tout arrêter pour ne plus faire que de l’inbound marketing online?

Chacun doit toujours se demander ce qu’il peut faire à son niveau!

Philippe Van TroeyeParce qu’elle est considérable avec ses 17.000 employés, qu’elle est souvent au centre des débats et polémiques en tous genres, et surtout parce que son business de base, l’énergie, implique aussi une dimension sociétale, nous avons voulu interroger Philippe Van Troeye, le CEO d’une entreprise pas tout à fait comme les autres.

Indépendant, comment s’assurer?

Assurerer Parce que la vie d’un indépendant n’est pas souvent un long fleuve tranquille, mieux vaut bien se préparer à affronter le futur avec les bons outils.

Agnès Flémal : « Etre entrepreneur, c’est saisir une opportunité en toutes circonstances »

Interview Faire de projets technologiques des entreprises performantes, telle est la vocation de WSL, fidèle à son slogan « Will Stretch your Limits ». La société pilotée par Agnès Flémal se classe au top mondial des incubateurs « technos ». Son moteur : cultiver l’esprit d’entreprendre.

Le spectre du quantique

Ordinateur Quantique De Google à Alibaba en passant par IBM, c’est la course pour être le premier à maîtriser la technologie quantique. Les premiers résultats sont là, bien qu’imparfait. Si la recherche universitaire et industrielle s’en réjouit, d’autres s’inquiètent de la sécurité de nos systèmes informatiques.

William Visterin : L’année de la sécurité informatique

Chronique La sécurité de nos outils numériques est plus que jamais d’actualité, suite aux récentes vagues de cyberattaques. Au point de faire émerger de nouveaux métiers, comme celui de cyber-négociateur.

Archief.

La ville de demain sera « smart »

Il y a vingt ans, de grands réalisateurs hollywoodiens imaginaient la ville du futur: une oasis technologique, peuplée de robots intelligents et de voitures volantes. Même si, aujourd’hui, ces visions ne s’avèrent plus si utopiques que cela, c’est surtout le concept de Smart City qui semble apparaître comme l’idéal à atteindre pour nos villes.