Accueil Fêtes Sara De Paduwa: "Revenir à l’essentiel"

Sara De Paduwa: “Revenir à l’essentiel”

Viva For Life m’a fait sentir plus humaine et plus femme. Plutôt fataliste au départ, ça m’a transformée. Et pas seulement parce qu’il s’agit de nos enfants. Et pas seulement parce qu’il s’agit de la pauvreté. Parce qu’il s’agit de se serrer les coudes et de revenir à l’essentiel: l’entraide et l’amour.

Une bonne cause
Toutes les causes caritatives ont le mérite d’exister et induisent le travail extraordinaire d’un personnel dévoué et volontaire. Mais qu’est-ce qu’une bonne cause? Tout dépend du vécu et du ressenti de chacun. La maladie, le handicap, la détresse, toutes les causes questionnent ou dérangent notre esprit mais seulement quelques-unes nous touchent en plein cœur. L’inacceptable nous pousse à agir.

Une cause qui rassemble
Vivre l’enthousiasme, entendre que les autres participent, focaliser l’attention sur des témoignages poignants, nous incite à agir. Mais surtout se sentir sur la même longueur d’onde que sa communauté à un moment précis nous fait pousser des ailes avec l’espoir que la situation peut évoluer et qu’on y a contribué. Qu’on y est arrivé ensemble! Tous ensemble! Tous ensemble! Ouais! Ouais! Si ça marche avec le foot, ça marche encore mieux avec le cœur. On est réuni, rassemblé pour la cause.

Le don de soi et le partage
Que ce soit un don de temps ou d’argent, donner fait du bien. Pourquoi? Faire un don, c’est regarder l’autre, le considérer, admettre qu’il existe. C’est se mettre entre parenthèses. On n’est plus seulement immergé dans sa bulle et son confort. On se met à sa place et on a envie de l’aider! C’est la base d’une relation entre deux êtres, du vivre ensemble. C’est le ciment d’une société qui fonctionne, c’est le lien rassembleur et humain dont on a tant besoin dans notre ère individualiste et numérique.

Faire un don, c’est regarder l’autre, le considérer, admettre qu’il existe.

Un don qui marque
Vivre ce partage et respecter l’autre, revenir au fond aux vraies valeurs nous aide à grandir avec ce sentiment grisant d’avoir bien agi. Un sentiment fort qui nous porte bien au-delà du don. Accomplir, se mobiliser, faire bouger les choses, c’est exaltant! Tout comme se sentir utile! Bien plus que les six jours enfermée dans le cube Viva For Life a changé ma vie.

Un bouleversement
Je ne suis plus la même femme depuis l’opération. Au départ plutôt fataliste, j’ai appris que l’on pouvait changer les choses. Qu’ensemble, on peut faire passer un message. Mais j’ai surtout vu la générosité. Le don d’une personne à une autre qu’elle ne connaît pas. Le don de personnes qui partagent alors qu’elles non déjà plus rien. Le don de s’unir, de s’entraider, de se secouer bref avec Viva For Life, j’ai vécu le don d’aimer. Et j’en redemande! C’est si bon!

EN PLUS

Vincent Callebaut : « Nous pourrions devenir le fer de lance de cette transition énergétique »

archicture C’est un des architectes les plus visionnaires de son époque. Vincent Callebaut est belge, mais il a déjà conquis le monde avec ses idées futuristes.

La recherche d’une qualité de vie

qualité Depuis la 6e réforme, la Wallonie s’est dotée de nouvelles compétences déterminantes en matière de santé que le Gouvernement wallon a confié à l’AVIQ.

La transformation digitale Un bien nécessaire à ne pas sous-estimer

Les entreprises belges sont à la traîne en matière de transition digitale. Alors que toute la société se transforme dans ce sens, il devient important de savoir comment prendre le train en marche.

Sara De Paduwa: “Revenir à l’essentiel”

Viva For Life m’a fait sentir plus humaine et plus femme. Plutôt fataliste au départ, ça m’a transformée. Et pas seulement parce qu’il s’agit de nos enfants. Et pas seulement parce qu’il s’agit de la pauvreté. Parce qu’il s’agit de se serrer les coudes et de revenir à l’essentiel: l’entraide et l’amour.

Archief.

Nathalie Crutzen: La ville de demain sera « smart »

Il y a vingt ans, de grands réalisateurs hollywoodiens imaginaient la ville du futur: une oasis technologique, peuplée de robots intelligents et de voitures volantes. Même si, aujourd’hui, ces visions ne s’avèrent plus si utopiques que cela, c’est surtout le concept de Smart City qui semble apparaître comme l’idéal à atteindre pour nos villes.