David Antoine, animateur sur Radio Contact, sort un album de Noël dont les bénéfices serviront à garnir les pieds de sapin des enfants défavorisés! Une magnifique initiative fomentée par un gaillard rêveur mais concret, genre la tête dans les étoiles, mais les pieds bien sur terre…

Quel est le principe de l’opération, tout d’abord?
« C’est très simple: notre album de Noël coûte 10 euros. Les gens peuvent en acheter autant qu’ils veulent, pour faire des cadeaux ou autres. Tous les bénéfices seront ensuite reversés à l’association “Pêcheur de Luneˮ, soutenant les enfants malmenés par la vie, par leur vie, par celle qu’on leur a imposée. Au quotidien, les responsables de cette association tentent de décrocher des sourires, des rires, et d’offrir un bol d’air à ces enfants par différents moyens, qui vont de la visite en hôpital aux excursions, en passant par la réalisation de rêves… »

Quel fut le déclencheur de tout ceci?
« Je me suis lancé un défi avec mon équipe du “16/20ˮ et Nathan Soret, qui est aussi animateur sur RTL. On s’est dit un jour: “On ferait bien une chanson de Noëlˮ .Ça part d’un délire. Ensuite, on s’est dit que l’on enregistrerait bien un album. En général, les artistes le font en minimum 6 mois et nous, on s’est mis cet objectif de le terminer en 3 semaines. Résultat: en 17 jours, les 9 titres originaux ont été produits, créés et chantés par moi… Avec évidemment des petites notes à corriger de temps en temps, grâce à un petit logiciel, mais ça a fonctionné. »

De quoi parlent ces chansons?
« On est partis sur une trame assez simple: on explique notre Noël, un peu comme tout le monde peut le vivre. Par exemple, Un Noël parfait, quand vous dites à vos potes “chez moi, c’était parfait!ˮ, alors que… Sinon, il y a aussi Un Noël réaliste, Les Courses de Noël, puis un morceau un peu plus à double sens, qui s’appelle Ma dinde. Avant, ça, Daddy K m’a aussi accompagné sur Un Noël en boîte. Il y a également, au générique, mon pote Pablo Andres, qui, lui, est très proche du Père Noël. Vous le comprendrez si vous écoutez cet album. »

Je vise plus des cadeaux touchants et plus familiaux.

Avant de vous associer à Pêcheur de Lune pour cette opération, vous avez déjà accompli des œuvres caritatives, non?
« Oui! Il y a 2 ans, Nathan, Lucile et moi, on avait été apporter 1000 jouets à 1000 enfants, dans plusieurs associations. Et on avait été confrontés à des images troublantes. Imaginez-vous, on rentre dans une association qui regroupe 16 jeunes, entre 5 et 16 ans. Là, on se rend compte que sur les 16 jeunes qui devaient être là, il n’y en a plus que quatre. Les autres sont partis dans leurs familles pour fêter Noël et quatre autres sont là, en train de regarder la télévision. Et ils se disent que leurs parents ne viendront pas les chercher pour les fêtes. C’est dur, mais c’est la réalité. Ces enfants écrivent des lettres au Père Noël. Mais de temps en temps, il n’a pas la possibilité de venir leur apporter ce qu’ils souhaitent. C’est pour ça que nous sommes là… »

Pourquoi “Pêcheur de Lune”?
« J’ai rencontré Xavier Ide, le boss de cette association. Il se bat, avec toute sa simplicité, pour aider ces enfants. Il y a plus de 6000 enfants, en Belgique, qui sont dans des situations très difficiles. Les ventes de cet album se font donc au profit de cette association.Au total, 10.000 disques ont été pressés. On avait un partenaire qui nous avait dit qu’il en prenait 5000. Quand on les a reçus, ce partenaire nous a dit qu’il ne pourrait plus nous suivre. On va donc aussi aller les vendre en direct, notamment via une tournée des marchés de Noël en Wallonie et ailleurs. Il y a aussi une ligne dédiée à la vente: le 02/318.18.18. C’est une ligne qui vous permettra de les obtenir de manière plus directe si vous voulez les acheter en quantité importante, dès 25. On viendra les livrer chez vous.Je sais bien que je ne changerai pas le monde avec cette opération. Mais je vais faire ça, déjà, en tout cas! À mon niveau… Le soutien des gens qui m’écoutent est, en plus, extraordinaire, de même que celui des autres chaînes du groupe RTL. En télévision, l’émission “I Comme…ˮ  du 15 décembre va d’ailleurs revenir sur cette opération. Bref, je suis très touché par tout cela… »

Vous êtes donc aussi, et surtout, touché par les réactions des auditeurs, si je comprends bien?
« Oui! Les magasins traditionnels n’ont pas embrayé. Mais les auditeurs, eux, ont compris le message. Ce sont eux qui ont fait la différence. Ils ont entendu mon appel tout simple: faire en sorte de répondre aux lettres du Père Noël envoyées par des enfants qui n’ont pas de chance. En résumé, je veux, un peu, faire profiter d’autres de mon micro et de ma micro-notoriété. La période de fêtes est forcément propice à ce type d’opération. Car on diffuse toujours des messages “happyˮ, mais tout le monde n’est pourtant pas si “happyˮ. De plus, ce disque est un chouette cadeau à déposer au pied du sapin. J’aurais pu enregistrer un album de Toussaint, mais ça aurait été moins drôle. (rires) »

Noël, c’est aussi une bonne table avec les proches.

Quel est l’accueil réservé au disque pour le moment?
« Tout se passe très bien, au-delà de mes espérances. Et c’était bien parti depuis le début, en fait. Pour le pré-lancement de l’album, on avait invité 100 personnes, mais ça a un peu débordé, nous sommes arrivés à plus de 220 personnes, et on a vendu 750 albums rien que ce jour-là. Les gens se bougent parce qu’ils se rendent compte de ce qu’il se passe vraiment. Il faut que Noël soit une belle fête pour un maximum d’enfants. »

Et sur la liste de Noël du petit David Antoine, il y avait quoi?
« J’étais assez fan des robots “Transformersˮ. Mais, maintenant, je vise plus des cadeaux touchants et plus familiaux. Par exemple, une photo de famille dans un cadre est un cadeau exceptionnel, pour moi, que j’ai reçu récemment. Avec juste ma sœur et moi, entourés de nos parents. Pour la regarder tous les jours et me dire que j’ai une belle famille. »

Justement, la famille. Chez vous, les fêtes sont aussil’occasion de se retrouver en famille?
« Bien sûr! Noël, ce n’est pas que des cadeaux, loin de là. C’est aussi, voire surtout, une bonne table avec les proches. Chez nous, les discussions sont parfois très animées, et même un peu vives. Mais je préfère ça à une ambiance où personne n’ose vraiment dire ce qu’il pense. »

SMART FACT

Si je n’avais pas été animateur radio…
« Dès 15 ans, je travaillais à Quaregnon, près de chez moi, sur une petite radio libre. Et je n’avais pas de plan B tellement j’adorais ça, et ça continue. Tout au plus, parfois, je me voyais pharmacien, comme ma mère, ou dans l’informatique… Mais maintenant, je ne fais pas que de la radio. J’ai développé des formats digitaux, je fais de l’immobilier, je vais me lancer dans l’Horeca… Bref, je me diversifie, et on verra bien à quoi cela aboutira. Peut-être que mon autre activité future est là, quelque part… »