Accueil Opinion 'Innovations digitales versus la relation humaine essentielle'

‘Innovations digitales versus la relation humaine essentielle’

Sylvain Niset

Le temps où nous nous démenions des heures – voire des jours – à trouver un créneau qui corresponde à nos horaires de travail, à attendre plusieurs mois avant de voir un spécialiste ou à dénicher un dentiste qui nous reçoive le jour même pour une urgence est peut-être derrière nous.

Spécialité recherchée
Quelle que soit la spécialité recherchée ou la localité, les filtres de recherche permettent de trouver le bon praticien en quelques secondes. Les docteurs peuvent faire apparaître leurs spécialisations et leur parcours. Pas question pour autant de proposer une médecine « à la carte » où l’on choisirait son docteur comme une entrée d’un menu de restaurant. Les plateformes ont au contraire l’ambition d’aiguiller le patient dans la jungle médicale qu’est parfois devenu Internet – entre informations approximatives et « médecine business ».

La relation humaine essentielle à l’exercice de la médecine n’est pourtant pas effacée par les innovations

Les médecins affichent clairement sur leur profil les diplômes obtenus et leur expérience médicale, les recommandations sanitaires sont écrites et vérifiées par des docteurs spécialistes du sujet. Certaines plateformes nouent d’ailleurs parfois des partenariats avec des associations de médecins pour garantir une qualité et un sérieux optimal à leurs services. Ces plateformes offrent également l’avantage de développer la visibilité des praticiens sur Internet pour trouver plus facilement sa patientèle lorsque l’on ouvre son cabinet pour les spécialités médicales et paramédicales.

Situation de dépendance
Même les patients les plus âgés parviennent à s’adapter à ces nouveaux outils, notamment grâce à la diversité des solutions proposées: prise de rendez-vous par Internet, par téléphone avec un télésecrétariat, ou encore à l’aide d’un robot vocal. La possibilité de prendre rendez-vous pour un proche permet d’ailleurs à des patients en situation de dépendance de déléguer ces tâches pour eux difficiles à un membre de leur famille ou à un ami. De manière similaire, les fonctions de ciblages des praticiens par langues parlées offrent aux touristes ou nouveaux arrivants en Belgique de trouver un médecin maîtrisant leur langue maternelle. Ce service profite également aux résidents des trois communautés belges qui peuvent désormais parcourir leur pays en étant sûr d’être compris par le personnel soignant.

Relation humaine
La relation humaine essentielle à l’exercice de la médecine n’est pourtant pas effacée par ces innovations. C’est d’ailleurs l’effet contraire que cherchent à atteindre ces plateformes: le médecin délègue les tâches administratives (organisation du calendrier et des documents médicaux, gestion des rendez-vous, moins d’appels intempestifs pendant les consultations…) à des solutions numériques pour consacrer son temps au soin et au confort des patients. De plus, ces plateformes proposent aussi bien souvent des SMS de rappels avec consignes à suivre pour faciliter la consultation (venir à jeun pour une prise de sang, par exemple). Cette (r)évolution pour les années à venir redonnera au patient une place centrale et une meilleure prise en charge des soins.

 

EN PLUS

Mieux vaut prévenir que guérir

La meilleure façon de lutter contre les infections virales ou bactériennes est de ne pas les attraper. Des gestes simples, appliqués au quotidien, permxettent de se protéger mais aussi de protéger les autres de la maladie. Ces gestes barrières, les voici.

Comment deviendrez-vous chef d’entreprise ?

Devenir entrepreneur Reprendre ou créer une entreprise, vous y avez pensé ? Elle est coordinatrice du Hub Transmission de la Chambre de commerce de Bruxelles (BECI). Il y est en charge du développement du pôle « starters » (BECI). Entretien croisé en 3 questions, avec Salima Serouane et Davy Courteaux.

T&L, défis complexes et évolutifs

La logistique et le transport constituent des activités capitales pour l’économie belge. Puisqu’ils génèrent 7,6 % du PIB, et 8 % des emplois du pays. Ils constituent donc un moteur de l’économie et sont essentiels aux activités commerciales. Exploration de ces deux secteurs essentiels, mais souvent méconnus.

Baby, you can drive my car (mais partage-la !)

Interview Si cela ne tenait qu’à Uber, le règne de la voiture particulière serait déjà révolu. Nous avons demandé à Jamie Heywood – Directeur de la branche Royaume-Uni, Europe du Nord-Scandinavie, Benelux, Europe centrale et occidentale – de nous expliquer comment l’entreprise tente de gérer cette situation et pourquoi nous devons repenser et réinventer notre mobilité urbaine.

Vieillir mieux, vieillir heureux

Bien vieillir Les maisons de repos ont mauvais presse ces derniers mois. Loin d’être des mouroirs comme on a pu l’entendre, ce sont avant tout des lieux d’accueil et des habitats. Les acteurs du secteur invitent à repenser et réhumaniser le système.

Chacun doit toujours se demander ce qu’il peut faire à son niveau!

Philippe Van TroeyeParce qu’elle est considérable avec ses 17.000 employés, qu’elle est souvent au centre des débats et polémiques en tous genres, et surtout parce que son business de base, l’énergie, implique aussi une dimension sociétale, nous avons voulu interroger Philippe Van Troeye, le CEO d’une entreprise pas tout à fait comme les autres.

Archief.

La ville de demain sera « smart »

Il y a vingt ans, de grands réalisateurs hollywoodiens imaginaient la ville du futur: une oasis technologique, peuplée de robots intelligents et de voitures volantes. Même si, aujourd’hui, ces visions ne s’avèrent plus si utopiques que cela, c’est surtout le concept de Smart City qui semble apparaître comme l’idéal à atteindre pour nos villes.