Accueil Maison Christophe Ternest: Un mode de vie modulaire

Christophe Ternest: Un mode de vie modulaire
C
.

C’est dans les années 70, avec l’apparition des lofts, qu’on a commencé à s’intéresser à la conception de l’habitat modulable. Plus question d’avoir des espaces fermés avec des fonctions bien définies. Progressivement, un nouveau mode de vie allait s’imposer, avec comme maître-mot le « changement ». La réponse est la « modularité ».

À notre époque, plusieurs facteurs plaident en faveur de la multimodalité. D’une part, tout change très rapidement, que ce soit dans notre vie professionnelle ou notre vie privée. De l’autre côté, le coût des surfaces d’habitation et professionnelles ne cesse d’augmenter alors que l’offre diminue. De fait, de plus en plus de clients me demandent de concevoir des espaces polyvalents qui peuvent à la fois être modulables pour tirer parti au maximum des surfaces disponibles. Il est d’abord possible de modifier les espaces, grâce à des systèmes ouvrants, coulissants ou pivotants. Ces systèmes isolent ou lient les différents espaces ou l’intérieur avec l’extérieur. 

La lumière participe aussi à cette modularité et joue un grand rôle dans la perception des espaces. La lumière naturelle d’abord. Son rayonnement à l’intérieur d’un espace peut être maîtrisé avec des systèmes d’occultation, selon le moment et l’utilisation que l’on veut donner à cet espace. On me demande souvent d’aménager un bureau qui doit occasionnellement se transformer en chambre d’amis. Ces deux fonctions ont des besoins de lumière naturelle très distincts: pleine lumière pour le bureau, « intimiste » pour la chambre. Il existe de nombreux systèmes domotiques qui permettent de programmer des ambiances lumineuses variables dans un même espace.

Les revêtements muraux ou de sols jouent un rôle important dans la modularité et la perception d’un espace, ainsi que les couleurs. Ils vont influencer les proportions. Par exemple, j’utilise le même revêtement de sol dans des pièces contiguës pour amplifier la sensation d’espace et pour lier les différents espaces entre eux. Ces matériaux peuvent contribuer à l’acoustique d’un espace. Mais avant de commencer à concevoir un projet, il est important de bien écouter vos besoins, et vos envies. Mais… une chose est sûre, l’avenir est résolument tourné vers la flexibilité des espaces.

Lees meer.

Julien Lapraille: « Faisons vivre nos producteurs, nos artisans, notre économie locale »

Révélé par Top Chef, le cuisinier Julien Lapraille défend les produits belges locaux, la tradition et la main de l’homme derrière chaque viande, légume ou aliment. Une passion qu’il veut communiquer au consommateur.

La viande belge pèse sur la conscience

Le Belge mange de moins en moins de viande, et pourtant nous aimons toujours un bon morceau de viande dans notre assiette. De préférence à un prix pas trop élevé. C’est compréhensible, mais aussi problématique.

Fabrice Goffin et Tommy Deblieck: « Un robot comme Zora enlève beaucoup de pression à tous les niveaux »

Zora et ses amis ont gagné leur place dans homes et hôpitaux. Les robots soulagent les tâches du personnel soignant et distraient les patients. Fabrice Goffin et Tommy Deblieck de Zorabots, sont très fiers de leurs auxiliaires en soins de santé du futur.

Le chatbot: nouvel atout dans la relation client?

De plus en plus d’entreprises belges intègrent les chatbots sur leur site Internet. Disponibles 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, ces assistants numériques automatisés – appelés aussi « agents conversationnels » – répondent à toutes les sollicitations des visiteurs, instantanément.

Un booster pour l’étudiant entrepreneur

Entreprendre pendant qu’on est étudiant permet aux jeunes d’acquérir une première expérience dans l’entrepreneuriat. À travers cette dernière, ils peuvent développer ou découvrir leur capacité à créer ou à gérer des initiatives personnelles de façon autonome.

Poursuivre ses études permet d’être heureux au travail

Comme coach professionnel, je suis confronté au quotidien à des personnes insatisfaites au travail. Poursuivre ses études est l’une des réponses à l’évolution de la société et du marché du travail.

Archief.

Nathalie Crutzen: La ville de demain sera « smart »

Il y a vingt ans, de grands réalisateurs hollywoodiens imaginaient la ville du futur: une oasis technologique, peuplée de robots intelligents et de voitures volantes. Même si, aujourd’hui, ces visions ne s’avèrent plus si utopiques que cela, c’est surtout le concept de Smart City qui semble apparaître comme l’idéal à atteindre pour nos villes.