Accueil Agri & Food L’agriculture durable, les récoltes d’avenir

L’agriculture durable, les récoltes d’avenir

Il se passe quelque chose dans nos champs. L’agriculture durable y trace son sillon. De plus en plus profond, intelligent et responsable. La Wallonie est en pointe pour ensemencer la tendance.

Dépassée, la culture intensive à grand renfort d’énergie, d’engrais, de matériel. En mode « durable », l’agriculture fusionne désormais trois piliers: toujours l’économique mais surtout l’écologique et le sociétal. « L’agriculteur moderne doit penser: quand j’exerce mon métier je dois autant veiller à être rentable qu’à protéger l’environnement (mon outil de travail) et répondre à l’exigence de qualité du consommateur », souligne Ricardo Pacico, chef marketing et expert en agriculture durable de Wal.Agri. La société fournit semences, engrais, matériel et… conseils aux agriculteurs wallons dont 80 % rempliraient déjà les critères « durables », plaçant la Wallonie en pointe de ce processus.

Mais concrètement, quel processus? Celui d’une pratique agricole raisonnée et informée pour poser les meilleurs choix et actes. Des formations dans ce sens sont données tant par une structure publique comme la Société Coopérative Agricole de la Meuse (SCAM) que par Wal.Agri, société privée. « La clé du changement repose sur la sensibilisation des agriculteurs pros et leur acquisition de connaissances pour les amener aux choix judicieux des techniques et produits, à utiliser au bon moment, au bon endroit et à bonne dose. Exemple, pour utiliser des produits de protection des plantes, l’agriculteur doit avoir une “phytolicence” délivrée après formation. En plus, l’agriculture évolue si vite et sans arrêt au niveau des variétés de semences, des outils, des techniques que la formation doit être permanente », note R. Pacico.

Celui-ci aime aussi tordre le cou à l’idée reçue que s’engager dans le durable, c’est se détourner de la mécanisation agricole. « Ce peut être vrai pour une agriculture plus artisanale et de loisirs, ou de la production bio qui mise plus sur l’humain, mais chez les pros, la machine reste centrale pour le “durable” car une mécanisation adaptée permet de rationnaliser l’énergie et de diminuer engrais et autres produits. »

Tous les maillons de la chaîne alimentaire doivent s’impliquer.

— Lison Hellebaut

Un avis « mécanique » de nature à faire tiquer Lison Hellebaut de Bruxelles Environnement. En charge du dossier agriculture urbaine (en plein boom) et de la conso durable, l’agronome de formation rappelle: « si l’agriculture a une place centrale dans l’indispensable effort vers le développement durable, c’est parce qu’elle est source jusqu’ici de 25 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre et que l’alimentation représente pas moins de 30 % de l’impact environnemental d’un ménage. Il faut soutenir les modèles rentables mais à taille humaine et sur les trois niveaux: économique, social et environnemental. Moins intensifs en intrants (énergie, engrais, matériel), plus intensifs en main-d’œuvre, plus orientés vers le circuit court et local », insiste la spécialiste. « Les agriculteurs ont un rôle à jouer mais pas seuls. Tous les maillons de la chaîne alimentaire doivent s’impliquer ».

Ricardo Pacico plaide aussi pour que tombent toutes résistances sur les manières de cultiver et produire. Pour cela, magasins et consommateurs doivent tendre vers le même but. « De toute façon, insiste l’expert, le marché a toujours raison. Si les clients veulent du sain, du bio, du durable, il faut le produire et le leur fournir. Et pourquoi pas avec des labels qui valorisent et sécurisent l’agriculteur dans la voie durable ». Mais avec toute la prudence requise.

Prudence, c’est ce qu’inspire le mot « biotechnologie » à nos experts. « Les solutions en biotechno “verte” n’ont pas vraiment démontré leur efficacité ou leur rentabilité, juge Lison Hellebaut. Elles sont aussi financièrement lourdes, pas appropriables par tous les agriculteurs et éloignent les producteurs des mangeurs. Sans garantir le risque zéro pour la santé ». Plus mesuré, Ricardo Pacico conclut: « Impossible de dire si l’apport de la biotechnologie – notamment en sélection variétale ou en production de molécules – , est un bienfait. Seule certitude, elle doit être utilisée à bon escient et être étroitement contrôlée ».

Texte Fernand Letist

EN PLUS

Dress code, le feu d’artifice des réveillons

Brillantes, colorées, éclectiques mais stylées… Les tenues de fêtes s’éclatent en un bouquet de genres hyper diversifiés. David Jeanmotte et Nathalie Hantson, spécialistes mode et look, nous livrent analyses et conseils autour du dressing 2018.

« Un robot comme Zora enlève beaucoup de pression à tous les niveaux »

Zora et ses amis ont gagné leur place dans homes et hôpitaux. Les robots soulagent les tâches du personnel soignant et distraient les patients. Fabrice Goffin et Tommy Deblieck de Zorabots, sont très fiers de leurs auxiliaires en soins de santé du futur.

Un booster pour l’étudiant entrepreneur

Entreprendre pendant qu’on est étudiant permet aux jeunes d’acquérir une première expérience dans l’entrepreneuriat. À travers cette dernière, ils peuvent développer ou découvrir leur capacité à créer ou à gérer des initiatives personnelles de façon autonome.

Se déplacer mieux pour le travail et les loisirs!

Transport Durable Comment utiliser le bon moyen de transport pour le bon objectif et en fonction de la distance à parcourir? On vous dit tout…

Marcia Astudillo-Pizarro: 5 conseils pour aller de l’avant

Emploi Vous avez 50 ans ou plus, et vous cherchez un emploi ? Vous êtes parfois découragé ? Pas de panique. Vous avez beaucoup à apporter à un employeur. Le tout est de pouvoir mettre en avant votre expertise auprès des employeurs.

Archief.

La ville de demain sera « smart »

Il y a vingt ans, de grands réalisateurs hollywoodiens imaginaient la ville du futur: une oasis technologique, peuplée de robots intelligents et de voitures volantes. Même si, aujourd’hui, ces visions ne s’avèrent plus si utopiques que cela, c’est surtout le concept de Smart City qui semble apparaître comme l’idéal à atteindre pour nos villes.