Accueil Santé Quand nos enfants manquent d’air à l’école

Quand nos enfants manquent d’air à l’école

Dans une grande majorité de nos écoles, la qualité de l’air serait médiocre. C’est en tout cas ce que révélait Greenpeace en mars dernier. Un problème aux conséquences inquiétantes qu’il s’agirait d’endiguer par des comportements et des mesures adéquats.

L’information avait de quoi inquiéter. Vos enfants inhaleraient de l’air pollué durant toute une journée à l’école. C’est en tout cas, ce que Greenpeace présentait en mars dernier dans une étude effectuée devant 222 écoles. Pas moins de 61 % d’entre elles (64 % en Flandre, 19 % en Wallonie et 17 % à Bruxelles) présentaient une qualité inquiétante ou mauvaise. Le responsable? Le dioxyde d’azote (NO2) émis par le trafic à proximité des infrastructures scolaires.

Cibler les enfants des écoles pour développer son étude n’était pas anodin pour Greenpeace. Il faut dire que la fragilité de ceux-ci face au dioxyde d’azote est particulièrement problématique. « Une exposition pendant la petite enfance peut avoir des conséquences pour toute la vie! », explique Catherine Bouland, directrice du centre de recherche en santé environnementale de l’École de Santé Publique de l’ULB. « Cela peut notamment causer une mauvaise maturation des poumons, une fragilité aux infections, des bronchites chroniques, sans parler des risques de cancer ou de problèmes cardiovasculaires plus tard. » Selon les experts, on aurait également constaté une différence de QI entre les enfants exposés massivement au NO2 et ceux l’étant moins.

Accompagner son enfant à l’école à vélo, en tram ou à pied est meilleur pour sa santé mais aussi pour la santé des autres enfants puisque cela diminue
la pollution de l’air.

— Nathalie Guilmin, porte-parole de Bruxelles Environnement

« Ceci dit, ne regarder que la pollution de l’air aux abords des écoles est assez réducteur », explique Nathalie Guilmin. À juste titre, la porte-parole de Bruxelles Environnement fait remarquer que les enfants habitant en zone urbaine (et plus spécifiquement à Bruxelles) ne vivent que maximum un quart du temps dans les écoles. Et à l’extérieur de celles-ci, l’exposition aux gaz nocifs ne diminue pas. « L’expérience ExpAIR montrait par exemple que c’est dans les transports que l’on est le plus exposé à la pollution. Les enfants sont donc plus en danger dans la voiture de leurs parents que devant ou dans l’école. » De plus, si le diesel était la cible de l’étude, il ne faut pas oublier que l’essence, le chauffage au fuel et tous les carburants utilisés sont également nocifs. « La mesure de la qualité de l’air ne fait pas la différence entre l’origine de toutes ces substances », ajoute C.Bouland. Résultat? On estime aujourd’hui à 12.000 le nombre de décès prématurés en Belgique. Enfants comme adultes, chacun est donc concerné par la problématique. Il faut donc agir. Mais comment? « Pour limiter l’exposition aux abords des écoles, une idée serait d’instaurer des zones tampons. Ainsi les parents sont obligés de déposer leurs enfants bien avant l’école et de les accompagner à pied », explique C.Bouland. Selon elle, il est tout à fait possible que les communes imposent de telles mesures. Elles partagent en effet la compétence de la qualité de l’air avec les régions.

Tout serait également une question de comportement. « Les parents doivent savoir qu’accompagner son enfant à l’école à vélo, en tram ou à pied est meilleur pour sa santé mais aussi pour la santé des autres enfants puisque cela diminue la pollution de l’air », évoque N.Guilmin. Et, si ces nuisances pouvaient être endiguées par l’action pédagogique elle-même? Ne serait-ce pas la plus belle des victoires? « En Angleterre, on a demandé à des enfants de réaliser des vidéos afin de sensibiliser leurs parents à la pollution. » À méditer!

EN PLUS

La satisfaction du ‘do-it-yourself’, sans jamais être livré à soi-même

Réaliser seul son installation électrique, domotique, sanitaire, de ventilation ou encore de chauffage, c’est possible et cela, sans forcément être un professionnel de la construction ou de la rénovation. Des solutions simples existent pour permettre à chacun de mener son projet à bien, à condition toutefois d’être un minimum manuel et de faire preuve de bonne volonté!

Des talents au service de la diversité réelle

En Belgique, il y a 27,9 % de femmes présentes dans les conseils d’administration. En 2015, elles étaient 15,2 %. Une augmentation intéressante certes mais insuffisante au vu des résultats business constatés au sein des entreprises pouvant compter sur un board diversifié.

Le Pacte vert est notre ambition

Horizon EuropeLe changement climatique et la dégradation de notre environnement constituent une menace existentielle pour l’Europe et le monde. Les citoyens l’ont bien compris: 93 % d’entre eux considèrent le changement climatique comme inquiétant, et 79 % pensent que l’action pour le climat conduira à l’innovation. L’Union européenne est prête à agir: avec le Pacte vert pour l’Europe, elle invite chacun à y prendre part.

Les villes sont les acteurs du futur

La population mondiale est de plus en plus connectée et urbaine. Les Smart Cities permettent de transformer cette évolution en une opportunité pour le bien-être des citoyens. Céline Vanderborght, Smart City Manager de la Région de Bruxelles-Capitale, fait le point.

Technologie et santé: un mariage compliqué

Health Tech Les avancées technologiques offrent un bel avenir au secteur médical. Encore faudrait-il pouvoir les intégrer le plus adéquatement possible en tenant compte des contraintes de financement.

Norbert Tarayre: « Mon Guide Michelin à moi, c’est avant tout mes clients et ils sont là tous les soirs »

Chef Ancien candidat de « Top chef », aujourd’hui animateur de sa propre émission de télévision, Norbert Tarayre multiplie les projets comme l’ouverture de ses nouveaux restaurants.

Archief.

La ville de demain sera « smart »

Il y a vingt ans, de grands réalisateurs hollywoodiens imaginaient la ville du futur: une oasis technologique, peuplée de robots intelligents et de voitures volantes. Même si, aujourd’hui, ces visions ne s’avèrent plus si utopiques que cela, c’est surtout le concept de Smart City qui semble apparaître comme l’idéal à atteindre pour nos villes.