Accueil Urbanisme Repenser la ville… intelligemment

Repenser la ville… intelligemment

Grandes ou petites, nos cités vont se métamorphoser sous l’impulsion des nouveaux enjeux couplés aux nouvelles technologies. La Smart City se profile, l’immobilier s’équipe mais la clé du bien-être passera aussi par des espaces publics repensés.

Demain, tout sera « intelligent ». Éclairage, compteurs d’énergie, matériaux, fenêtres, toilettes, systèmes de sécurité… Si bien que toute ville ou entreprise phosphore à fond sur son avenir « smart ». Surtout niveau bâtiment.

Énergie. « À l’avenir, tout bâtiment devra être capable de gérer, monitorer, analyser ses propres besoins énergétiques pour servir le confort de ses usagers », prédit Arnaud Deneyer, chef de division du Centre Scientifique et Technique de la Construction (CSTC) Connecté à un ensemble immobilier plus large, il contribuera à la flexibilité énergétique du réseau pour donner de l’énergie ou en recevoir. Tout sera modulé par des compteurs intelligents et combinera plusieurs sources d’énergie – photovoltaïque, éolien, réseau de châleur… Des fenêtres intelligentes s’ouvriront ou se fermeront automatiquement en fonction des conditions météo, de la température, du taux d’humidité…

Confort. Côté vie quotidienne des occupants, rien n’échappera aux systèmes digitaux interconnectés. Vous serez géolocalisés, guidés. Vous connaîtrez en temps réel l’état d’occupation du parking, parfois partagé avec des habitants, la disponibilité des espaces partagés multitâches, le temps de file à la cafétéria et dès votre entrée dans une pièce l’éclairage s’adaptera à votre goût…  « Le personnel se sentira mieux car l’immeuble omniscient répondra directement à ses besoins. Ça va faciliter leur vie, améliorer l’efficacité et la convivialité des occupants, positive le spécialiste du Smart Immo. D’après lui, ce bâtiment du futur est à nos portes et pensé comme « évolutif ». C’est à dire capable d’épouser les évolutions technologiques mais aussi d’adapter les fonctionnalités de ses espaces appelés à changer d’affectations plus souvent qu’avant ».

Le personnel se sentira mieux car l’immeuble omniscient répondra directement à ses besoins.

— Arnaud Deneyer

Guillaume Van der Vaeren, son truc c’est bien plus repenser l’espace public… À la tête du bureau d’urbanistes-paysagistes JNC, son credo est que « le squelette d’une ville n’est pas son immobilier mais des espaces publics riches et qualitatifs pour harmoniser les vides et les pleins ». Quant à la vague Smart City, il la voit plus comme « une contrainte qu’un atout pour les villes du futur. Certes cela cadre avec un souci d’efficacité et de rentabilité mais pas avec un objectif de bien-être et de vivre ensemble. La smartisation est une complexité supplémentaire du réaménagement des villes. Elle n’aidera pas à déstresser habitants et travailleurs », juge le patron de JNC. Tandis que les espaces publics, si. Selon au moins quatre axes bien affirmés.

« La ville du futur doit redevenir un lieu de bien-être habitable grâce à des espaces publics réfléchis comme des lieux de convivialité, de civisme, de partage, d’échange. » Selon lui, cela se fera aussi en y réintégrant la nature. « Non pas sous forme de façades végétalisées mais grâce à une faune et une flore réelles. Il faut reconstruire des corridors écologiques, reconnecter les espaces verts entre eux. Via les parcs mais aussi en réveillant des zones délaissées aux abords de chemins de fer, de canaux, de routes. Un continuum vert doit connecter les différents habitats. » Mais aussi une continuité bleue, grâce à l’eau. « Il faut réveiller la “trame bleue” de chaque ville, défend l’urbaniste. On a vouté, couvert, transformé en égouts nos voies d’eau. Réintégrons-les aux espaces publics urbains comme source d’agrément et de confort ».

Mouvement. « Se déplacer doit redevenir un plaisir, une expérience positive, plaide le CEO de JNC. Le mouvement doit être repensé en fonction des rythmes, des flux de piétons, cyclistes, transports publics et moins en fonction de l’automobile qui empiète trop sur l’espace public nécessaire à revivifier la qualité de vie urbaine ». Ajoutez une intégration réussie du patrimoine historique et des réglementations cohérentes et vous aurez des villes du futur vraiment intelligentes.

EN PLUS

Maison connectée: la science-fiction à notre porte

Alors que le nombre d’objets connectés n’a jamais été aussi important qu’à l’heure actuelle, chaque foyer s’apprête à se doter d’une intelligence propre facilitant grandement notre quotidien. Mais encore faut-il savoir l’utiliser en toute connaissance de cause.

Dénicher la perle rare

Pour un employeur, recruter le salarié le plus approprié reste une mission aussi importante que parfois complexe. Mais il en va du bon fonctionnement de son entreprise ou de la réussite de son organisation. Sur le terrain, l’aspect humain prime...

Julien Lapraille: « Faisons vivre nos producteurs, nos artisans, notre économie locale »

Révélé par Top Chef, le cuisinier Julien Lapraille défend les produits belges locaux, la tradition et la main de l’homme derrière chaque viande, légume ou aliment. Une passion qu’il veut communiquer au consommateur.

Comment se lancer dans l’achat ou la location immobilière en Belgique?

Louer ou acheter un bien immobilier s’apparente souvent à un véritable parcours du combattant pour les néophytes. Vous ne savez pas par où commencer? Nous vous offrons un éclairage ci-dessous.

Charles-Henri de Maleissye-Melun: « Achat en magasin ou en ligne, tout est imbriqué »

Charles-Henri de Maleissye-Melun pilote depuis deux ans l’intégration de Fnac et Vanden Borre en une seule entité commerciale. Le Managing Director de 48 ans fait du commerce en ligne de ses deux enseignes un levier stratégique majeur.

Archief.

Nathalie Crutzen: La ville de demain sera « smart »

Il y a vingt ans, de grands réalisateurs hollywoodiens imaginaient la ville du futur: une oasis technologique, peuplée de robots intelligents et de voitures volantes. Même si, aujourd’hui, ces visions ne s’avèrent plus si utopiques que cela, c’est surtout le concept de Smart City qui semble apparaître comme l’idéal à atteindre pour nos villes.